Journal d’un CUTien à Cannes (saison 1, ép.2)

16 Mai

Martina Gusman dans Leonera (de Pablo Trapero)

Après une courte nuit et de nombreux films, pas facile d’enchaîner avec le deuxième jour de ce journal cannois. D’autant que notre généreux rédacteur en chef / directeur de publication laisse des indications comme : « tu peux faire plus court si tu veux et si ça te permet de fournir un petit billet tous les jours ». Comme sa réflexion ne s’arrête pas là, il ajoute : « n’hésite pas à mettre du vécu, ça plait au lecteur coco », ou quelque chose de ce genre. Du vécu, c’est pas évident quand on passe plus de la moitié de la journée dans des salles de cinéma.

Heureusement, entre deux projections, on a quand même le temps de croiser des habitués avec qui on peut parler… cinéma. Ainsi, le plaisir de retrouver Fred Grousset, fantascicophile averti, est-il tout de suite suivi par une invitation de sa part à découvrir la bande annonce de son long métrage au marché du film. Quand on se retrouve au téléphone avec Daniel Cohen, éminent spectre strasbourgeois, on ne se donne pas rendez vous pour boire un verre, mais pour échanger des considérations telles que :
– « Tu fais quoi ? »
– « Je vais voir le dernier Skolimowski (Jerzy) à la Quinzaine (des Réalisateurs), et toi ? »
– « Y’a le dernier Miike (Takashi) qui passe au Marché (du Film) ».
Le prometteur Julien Zénier, colocataire et néanmoins réalisateur du court métrage barré Snip, est censé passer sa journée au Short Film Corner pour vendre son film, mais quand on y passe, il est toujours ailleurs.
Enfin, le plus insaisissable d’entre tous : Philippe Lux, fraîche et joviale recrue de la jeune boîte de distribution « Le Pacte ». Si on a de la chance, on peut le croiser entre deux rendez-vous ou deux séances du Marché du Film, résolument vissé à son téléphone pour tenter de résoudre toutes les affaires cinématographiques de la planète.

Enfin, on croisera peut-être tout ce beau monde à la fête autour de Valse avec Bashir, sur la plage, dans un peu plus d’une heure. Avec tout ça, on n’a pas encore parlé des films de la journée.
Alors, un petit pronostic et quelques considérations totalement futiles en passant : le premier rôle de Leonera, émouvant drame carcéral de Pablo Trapero, pourrait bien valoir un prix d’interprétation mérité à la comédienne Martina Gusman. Le très stylisé Les Trois Singes de Nuri Bilge Ceylan aurait peut-être gagné à être un peu plus court. Enfin, une dernière note sadique pour notre rédac chef vénéré : il est totalement impossible de dormir au segment de Tokyo ! signé par Leos Carax. Explication le… 17 septembre 2008.

De notre exilé spécial au festival de Cannes : François-Xavier Taboni

Liste des films de la Sélection officielle – en compétition : cliquez ici

Publicités

Une Réponse to “Journal d’un CUTien à Cannes (saison 1, ép.2)”

  1. Daniel Cohen jeudi 22 mai 2008 à 90939 #

    Pas terrible le dernier (Miike (Takashi) !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s