Journal d’un CUTien à Cannes (saison 1, ép.4)

18 Mai

Serbis (de Brillante Mendoza)

 

Comme à l’approche de l’été, les jours s’allongent et les nuits raccourcissent. Désormais, chaque minute compte. Surtout quand on se lève à 7h50 pour aller voir le film de Walter Salles, juste pour apprendre qu’il n’y a plus assez de places (refrain tristement connu). Les choses s’arrangent quand même par la suite : grâce à 1h50 de queue (sur deux jours) on peut enfin voir Vicky Cristina Barcelona de Woody Allen qui dure 1h36. Tout cela en vaut-il vraiment la peine, finalement ?

La fatigue gagne, une petite pause au « Marché du film » s’impose : Dark Reel, thriller fauché et souvent idiot avec Edward Furlong, Lance Henriksen et Tony Todd, est censé durer 1h35. Parfait pour se reposer les neurones et même dormir un peu en attendant la projection à 16h de 24 City de Jia Zhang Ke. Malheureusement, Dark Reel dure plus longtemps que prévu et il faut courir pour voir 24 City. Une fois de plus, tout s’arrange ; c’est le début d’un programme exclusivement consacré au cinéma asiatique jusqu’à la fin de la journée. On entend depuis quelques années parler de la vitalité du cinéma sud-américain qui semble désormais remplacer un peu le cinéma asiatique dans le cœur des programmateurs de grands festivals internationaux. Le documentaire inventif de Jia Zhang Ke infirme un peu cette tendance.
Tout comme Serbis, nouvel opus du Philippin Brillante Mendoza, récemment découvert en France avec le très beau John John. Le cinéaste applique ici les mêmes principes de mise en scène : caméra portée, qui suit de très près des acteurs principalement amateurs. Mais le sujet change radicalement : du système d’adoption, on passe à la vie, pendant une journée, d’un cinéma érotique, tenu comme une entreprise familiale. Cette unité de temps et de lieu est prétexte à une série de scènes parfois drôles, parfois émouvantes, toujours sensuelles, qui confirment l’aptitude saisissante du cinéaste pour créer d’extraordinaires fictions à travers des morceaux de réel. Le premier chouchou de la compétition.

Autre coup de cœur, Tokyo Sonata de Kiyoshi Kurosawa, présenté dans la section « Un certain regard ». En traçant le portrait d’une famille en plein éclatement dans un Japon en crise, le réalisateur de Cure signe probablement l’un de ses films les plus accessibles, sans jamais rien renier de son style ou de son inspiration. L’humour burlesque, qui n’empêche pourtant jamais le cinéaste de montrer la brutalité de la situation, est souvent très efficace et Kurosawa surprend encore son public en donnant à son acteur fétiche Koji Yakusho, un rôle à l’antithèse de ceux auxquels il nous avait habitués.
On en reparle au début de l’année prochaine, car maintenant, une préparation spéciale s’impose : la projection d’Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal a lieu dans un peu plus d’une heure… Wouh pich (bruit du fouet).

De notre exilé spécial au festival de Cannes : François-Xavier Taboni

Liste des films de la Sélection officielle – en compétition : cliquez ici

Publicités

5 Réponses to “Journal d’un CUTien à Cannes (saison 1, ép.4)”

  1. Boyan dimanche 18 mai 2008 à 150350 #

    fait beau à Cannes ?

  2. Boyan dimanche 18 mai 2008 à 150350 #

    elles ’embrassent alors ?

  3. Boyan dimanche 18 mai 2008 à 150352 #

    Wouh pich !

    Bravo for the special FX !

  4. Eliane dimanche 18 mai 2008 à 160441 #

    On prend vite gout à un journal de bord! En tout cas, en tant que lectrice assidue de CUT depuis presque deux ans (revue et blog, moins la radio) je prends un vrai plaisir à lire ce journal cannois, intéressant et vivant. Surtout, ce journal ne s’éternise pas trop sur des films qu’on ne verra pas toute de suite. Ce journal donne envie de voir les films, donne la tendance et la couleur du festival et raconte la vie de quelqu’un qui vit le festival. Moi, ce journal me plait beaucoup. A très vite pour le prochain épisode!!!

  5. Marcel RAMIREZ lundi 19 mai 2008 à 140258 #

    Très bon journal !
    Et très bonne question de Boyan que je réitère : Elles s’embrassent alors ?!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s