Journal d’un CUTien à Cannes (saison 1, ép.11)

25 Mai

Entre les murs (de Laurent Cantet)

Cannes est devenu en quelques années une plateforme essentielle de la projection de films tournés en haute définition. En 2001, la diffusion numérique de Star Wars Episode II, tourné en haute définition, faisait figure d’événement.

En 2008, une bonne partie des films de la compétition et de ceux présentés au Marché sont tournés et souvent diffusés en numérique. Ainsi, à 11h30, dans le Grand Théâtre Lumière, on assiste à la projection 100% digitale du dernier film de Kim Jee-woon, Le bon, la brute, le cinglé, pastiche des westerns de Sergio Leone (on s’en serait douté) et de multiples autre choses mouvementées, dont Mad Max II. L’inconséquence du résultat n’a d’égale que le plaisir qu’on passe devant cette fantaisie colorée qui n’a d’autre but que nous divertir comme on disait jadis.

16h : grâce à l’indulgence de la sécurité devant un journaliste incapable de rentrer dans le palais via la file qui lui est réservée, on se retrouve parmi les premiers dans la salle pour découvrir le film de Laurent Cantet, Entre les murs. Egalement tournée en haute définition, mais repiquée cette fois sur une copie 35mm, cette adaptation du livre de François Bégaudeau est à ranger à côté de Serbis et Gomorra, très belles incursions fictionnelles gravées sur un matériau quasi documentaire. On se prend à espérer une Palme d’Or.

Un peu plus tard, d’autres tribulations numériques : le cinéma Star qui ne sert plus depuis quelques heures d’accueil au séances du marché, propose à ses spectateurs de découvrir Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal en projection numérique. Pourtant, le film a été tourné en 35mm après un long affrontement opposant son réalisateur Steven Spielberg, décidé à être le dernier cinéaste à tourner sur pellicule, et son producteur George Lucas, premier promoteur du digital (voir plus haut pour les amnésiques). La mutation du cinéma pourrait être plus rapide qu’on ne le pensait.

Pour terminer la soirée et le festival, on s’offre la projection de presse de What Just Happened ? de Barry Levinson. Cette comédie sur les mœurs hollywoodiennes, écrite par un producteur, se termine en plein Festival de Cannes et laisse un certain goût d’inachèvement. Peut être pas une si mauvaise idée pour un film de clôture…

De notre exilé spécial au festival de Cannes : François-Xavier Taboni

Publicités

6 Réponses to “Journal d’un CUTien à Cannes (saison 1, ép.11)”

  1. fanny dimanche 25 mai 2008 à 170545 #

    Tiens, je suis surprise que personne ne t’ai encore notifier ta grossière erreur : François Bégaudeau, pas Laurent. Tu bois décidément beaucoup trop, il est temps que tu rentres.

  2. François-Xavier Taboni dimanche 25 mai 2008 à 180602 #

    C’est corrigé, douce enfant

  3. fanny dimanche 25 mai 2008 à 190706 #

    Merci vieille branche.

  4. Jenny dimanche 25 mai 2008 à 190756 #

    « Entre les murs » effectivement palme d’or, « Gomorra » récompensé aussi : dis-donc FX, c’est avec Sean Penn que t’as été picoler toutes les nuits ou bien?

  5. Ak Otéd'laplaq' dimanche 25 mai 2008 à 200817 #

    Bravot

  6. Léonore dimanche 25 mai 2008 à 210935 #

    Oui, c’est bien vu… Tout ce journal cannois est bien vu! Merci… Et je rajoute: Laurent Cantet prouve que le cinéma est un art. Qu’il maitrise avec Ressources humaines, maltraite avec L’emloi du temps et expérimente avec Vers le sud. Qu’en sera-t-il de Entre les murs, j’ai hâte de le savoir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s