DVD Dante 01 (de Marc Caro)

10 Août

Dante 01 est une prison spatiale dans laquelle réside six dangereux criminels qui servent de cobayes à d’étranges expériences. Les prisonniers restent soumis aux mots et au regard de l’un d’entre eux, César. Mais un nouvel et mystérieux arrivant nommé St Georges, doté d’une force particulière, va bouleverser l’autorité que César avait sur ses « semblables », ce qui va faire place à l’hostilité. Dû à une mauvaise manip d’ordinateur, Dante 01 commence à dériver dans l’atmosphère de la bouillonnante planète Dante et tout le monde essaye de sauver sa peau. St Georges devra apprendre à maîtriser sa force pour les libérer de l’attraction de la planète.

Pour ceux ou celles qui veulent du film avec un Lambert Wilson qui bave et chiale pendant plus d’une plombe, un scénario aussi bien bossé qu’un devoir de philo rédigé durant la récrée de 10h et un mélange léger entre Alien 3 et La Ligne verte (sans le talent), Dante 01 est dans la place !

Sans pour autant qualifier le premier film en solo de Marc Caro (co-réalisateur avec Jean-Pierre Jeunet sur Délicatessen et La Cité des Enfants Perdus) de prétentieux, il n’est pas plus qu’un film ennuyeux, dont le scénario se retrouve écraser par un aspect visuel de toute évidence bien plus peaufiné. La modeste motivation de Marc Caro à réaliser un film de science-fiction avec lequel il pourrait aborder des réflexions sur la religion, les mythes, la technologie et la déshumanisation qu’elles inspirent reste tout à fait louable (et enthousiasmante, surtout en France), mais laisse une œuvre floue, paumée dans son histoire et ses références (aussi bien cinématographiques que mythologiques ; et ici, pas besoin d’être un expert en ces deux « matières » pour capter que Caro n’en n’a pas fait grand chose) et ne parvient jamais à détourner les clichés du genre ou à offrir ce qu’il convoitait.

Pas une énorme purge, ni ce qu’on pourrait désigner de « nanar », car même s’il reste scénaristiquement transparent et chiant, on peut y trouver certain intérêt dans ses décors et son esthétisme guère transcendant, mais berçant. Mais il faut avouer que pour supporter cette lente et inoffensive agonie perdue qu’est Dante 01, il aurait peut-être mieux fallu se le taper sur grand écran… ou se remater Alien 3 (version longue).

Rock Brenner

(Ed. Wild Side Video. Bonus : Making-of ; galeries : photos, dessins préparatoires, story-board ; bandes-annonces. 2008, français, accord parental souhaité.)

Publicités

3 Réponses to “DVD Dante 01 (de Marc Caro)”

  1. Boyan jeudi 21 août 2008 à 101006 #

    Même sur grand écran, l’ambition plastique plutôt réussie ne parvient pas à faire oublier une construction dramatique aussi palpitante que l’épisode 928 de Chateauvallon.
    Dans le genre huis clos dans une station spatiale il y a aussi l’excellent Outland (avec Sean Connery). Un polar SF simple et efficace des années 80 commis dans la foulée d’Alien.

  2. spock27 jeudi 21 août 2008 à 210901 #

    je te trouve franchement dur !

    c’est vrai, comme dit Boyan, OUTLAND est mieux construit et au moins ! il y a une fin et oui à nouveau, DANTE 01 ne tient pas TOUTES ses promesses mais néanmoins, il offre la possibilité de voir un film ovni, lol et assez dérangeant. sans nier que le film souffre d’une manque de perspective flagrant, Caro, on le devine aisément a tellement misé sur ses décors et son personnage principal, un Lambert Wilson qui joue hyper bien (sans doute, son meilleur rôle) s’emmêle les pinceaux. il montre plus qu’il n’explique et bien qu’il parvienne à nous captiver pendant plus d’une heure 10 pour ensuite, s’enliser dans une fin aux allusions bibliques et lourdingues, oublie un peu trop souvent qu’il filme pour des spectateurs qui veulent une histoire, une bonne histoire et une histoire qui se tient !

    et pourtant malgré tous ces défauts, je persiste à dire… quel spectacle, quel atmosphère et somme toute, quelle bonne histoire que cet alien qui vient foutre le bordel dans cet asile-prison !

    alain

  3. Boyan vendredi 22 août 2008 à 90921 #

    C’est vrai qu’on peut lui reconnaître la qualité (assez phénoménale si on y réfléchit – d’où l’étendue de la déception) d’être un ambitieux film français de SF film français de SF!!
    Rien que pour cette réjouissante anomalie il mérite qu’on le réexamine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s