Baiser macabre

22 Sep

de Lamberto Bava

En 1980, Lamberto Bava, fils du grand Mario, réalise son premier film, Baiser macabre (Macabro) pour un très petit budget. Une oeuvre vénéneuse et malsaine où il est question d’adultère, de petite fille meurtrière et manipulatrice, d’aveugle voyeur auditif, de nécrophilie et de cannibalisme. Un véritable cocktail molotov sur celluloïd qui fait éclater toute la subversion dont pouvait se rendre coupable un cinéma italien alors moribond.

Sa descendance assurée, Mario Bava semblait pouvoir partir tranquille, ce qu’il fit d’ailleurs, quelques semaines avant la sortie du film en Italie. Depuis Lamberto Bava n’a plus jamais réalisé un film aussi noir et aussi bon. Il n’a pas pour autant été le fils indigne si souvent décrit. Avec des hauts et des bas, il a réussi à rester sur le terrain et à tourner des films populaires (La maison de la terreur, Blastfighter, Demons…) généralement divertissants et correctement ficelés, au sein d’une industrie cinématographique transalpine en pleine sinistrose. Son dernier en date, Ghost son (2006), un ratage qui se pare des attributs d’une coproduction internationale de prestige, est un quasi remake de Shock (1977) ultime oeuvre de son papa, à laquelle il avait lui-même largement participé. Malgré son aseptisation, on y retrouve – par bribes – un peu de l’ambiance qui faisait le charme de Baiser macabre.

Aujourd’hui, ce dernier a un peu vieilli et sa chute est toujours ridicule, mais il reste – avec le Blue holocaust (1979) de Joe D’Amato et les oeuvres de Lucio Fulci – l’un des derniers grands poèmes macabres du cinéma italien.

A voir – entre autres merveilles et curiosités – lors du du Festival européen du film fantastique de Strasbourg. Séance unique jeudi 24 à minuit au cinéma Star. Pendant le festival, vous pourrez d’ailleurs croiser Lamberto Bava, qui en sera le président du jury.

Publicités

7 Réponses to “Baiser macabre”

  1. Sylvain Mazars lundi 22 septembre 2008 à 200852 #

    Et encore une affiche de film qui révèle la dernière scène. Il y en a tellement que ça ferait un bon sujet de thèse.

  2. mathias lundi 22 septembre 2008 à 210912 #

    Chuuut ! Personne n’avait remarqué.

  3. Ak' Otédlaplaq' mardi 23 septembre 2008 à 60650 #

    El film que aterrorizo a Dario Argento, el maestro del terror.

  4. Greg LAUERT mardi 23 septembre 2008 à 160404 #

    c’est bien que le festival diffuse Baiser macabre, plutôt que Démons.

    Je viens de le revoir (Démons) et mon souvenir de jeunesse en a pris un coup. C’est pas folichon du tout.

  5. Jenny mardi 23 septembre 2008 à 160427 #

    Ah oui, mais « Démons 2 » c’est super folichon par contre! et sur grand écran en public ça aurait pu être assez grandiose… (mais « Baiser macabre », dans un genre plus sérieux, c’est classe aussi)

Trackbacks/Pingbacks

  1. La cinéphilie de Lamberto Bava « - samedi 4 octobre 2008

    […] à Strasbourg la semaine dernière en tant que président du jury du FEFFS, où son premier film Baiser macabre fut par ailleurs projeté en midnight show. Il nous livre (en français !) ses sentiments et […]

  2. Interview Lamberto Bava « - vendredi 14 novembre 2008

    […] le seul film d’horreur typiquement italien. Je trouve pour ma part que votre premier film, Baiser macabre  – de par son romantisme morbide et sa subversion – est très italien. Les américain […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s