Journal d’un CUTien à Cannes (saison 2, ép.9)

22 Mai
Moullet

Cette année, on a pu voir le remake de Lost Highway par Luc Moullet

La fin du festival se fait sentir et la fatigue aussi. Les revues pour professionnels disparaissent des présentoirs, les projections au Marché du Film se font encore plus rares et le sommeil prend le dessus pendant la plupart des projections.

Il faut dire que commencer une fois de plus la journée à 8h30 après une courte nuit pour voir un film qui dure 2h30 présente certains risques. Malgré ses nombreuses qualités, on manque donc une partie de A l’origine de Xavier Giannoli, qui met en scène François Cluzet en ancien détenu, reconverti en faux entrepreneur, bien décidé à faire construire une autoroute dans une région sinistrée du nord de la France. Ce drame de la réinsertion doublé d’une histoire d’amour laisse très souvent la place à une belle fresque visuelle où le cinéaste filme avec un plaisir et un talent évidents le spectaculaire chantier de construction d’une autoroute. C’est la véritable singularité de ce film, qui se présente comme le plus sage représentant de la sélection française cette année.

On l’a déjà dit, il y a beaucoup moins de séances au Marché du Film ce qui entraîne une réorganisation des salles de la ville. Le cinéma Les Arcades, normalement dévolu au marché, accueille cette année les « séances du lendemain » de la Quinzaine des Réalisateurs. Voilà une belle occasion de voir  La Terre de la folie (en photo), dernier opus de Luc Moullet. Présenté comme un documentaire sur les cas de folie concentrés, selon le cinéaste, dans les Alpes du sud, ce film complètement fantasque permet au réalisateur de mélanger les petites histoires qu’il affectionne tant à des faits divers criminels dignes de figurer dans Faites entrer l’accusé. Le rire se mélange parfois à la gêne pour le plus grands plaisirs des fans, toujours plus nombreux, du plus singulier des cinéastes français.

De fantaisie il est également question dans Panique au village, long métrage issu de l’inspiration de Vincent Patar et Stéphane Aubier, qui avaient déjà décliné les aventures de Cow-Boy, Indien et Cheval en courts métrages. Le format court est indéniablement plus adapté aux exploits de ces personnages toujours à la limite de l’hystérie. On rit beaucoup au début avant de s’effondrer, comme plusieurs confrères, sous le poids de la fatigue.

La dernière séance de la journée (19h30, salle Debussy, pour ceux qui veulent tout savoir) est nettement plus calme puisqu’il s’agit du dernier film d’Elia Suleiman, The Time That Remains. Plus proche de Chronique d’une disparition que de son précédent opus, Intervention divine, le film mélange harmonieusement burlesque, émotion et politique. C’est le premier film de la sélection officielle qui semble avoir de sérieuses chances d’obtenir un prix important au palmarès.

Demain, le nombre de projections se réduit comme peau de chagrin, mais une seule question se pose : sera-t-il possible de voir Soudain le vide de Gaspar Noé ? Et si oui, quand ? Une et une font deux questions.

De notre envoyé spécial à Cannes : François-Xavier Taboni

Publicités

4 Réponses to “Journal d’un CUTien à Cannes (saison 2, ép.9)”

  1. Barbara vendredi 22 mai 2009 à 130108 #

    Bravo pour les légendes, elles sont très drôles! Ma préférée ? Puisque vous me le demandez… C’est celle d’Ingloroius Basterds!

  2. Jer vendredi 22 mai 2009 à 130141 #

    Les gendes sont des primates assez rares, soit dit en passant.

  3. Greg LAUERT vendredi 22 mai 2009 à 160400 #

    « Le sommeil prend le dessus pendant la plupart des projections ».

    Quelque chose me dit qu’on va en entendre parler à la radio du sommeil d’FX à Cannes …. pendant un an encore …

  4. FX vendredi 22 mai 2009 à 170551 #

    J’en ai bien peur, vu mes exploits d’aujourd’hui…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s