[dvd :] LA BAIE SANGLANTE – Mario Bava (1/3)

24 Juin
La baie sanglante, de Mario Bava (éd. Carlotta)

La baie sanglante (éd. Carlotta)

Dans la carrière de Mario Bava, La baie sanglante marque, quelque part, un tournant. Celui de l’entrée dans la dureté terre-à-terre des années 70. Après l’insouciance des années 60, synonyme pour lui de films d’horreur gothiques et de bandes pop n’ayant les uns comme les autres que peu de points d’ancrage avec la réalité, le cinéaste passe ici à tout autre chose.

L’histoire tiendrait sur un timbre poste. Une bande d’affreux et d’affreuses s’entretuent consciencieusement pour l’acte de propriété pouvant transformer une baie sauvage et quasi-inhabitée en paradis bétonné pour touristes cossus.

Avec Cani arrabiati, qu’il tournera trois ans plus tard, c’est l’un des deux films que l’Italie des années de plomb a inspiré à Bava. Que ce soit la violence urbaine ou les magouilles immobilières qui figurent en toile de fond, on notera que l’appât du gain et le cynisme sont au cœur des deux oeuvres, en faisant certainement les seuls bons – voir excellents – films de leur auteur qui ne soit pas forcément très plaisants à voir, tant la place du spectateur y est malaisée : assister à l’autodestruction d’un groupe de personnages odieux et/ou idiots.

Privé de points d’identification, le cinéphile a quand même plein de raisons de se passionner pour La baie sanglante. D’abord, parce que comme tout Bava qui se respecte, le film est visuellement renversant. Ensuite pour son casting formidable, partagé entre acteurs généralement associés au cinéma bis (Luigi Pistilli, l’ex-James Bond girl Claudine Auger, Leopoldo Trieste…) et présences plus particulières (la pasolinienne Laura Betti ou Claudio Camaso, second couteau plutôt rare mais dont le jeu torturé ne manque pas d’évoquer celui de son grand frère Gian Maria Volonte).

Mais si La baie sanglante est devenue un classique aujourd’hui, c’est avant tout en sa qualité d’ancêtre du slasher movie. Il n’y a d’ailleurs pas un de ses meurtres qui n’ait été repris dans un Vendredi 13 quelconque. Ces débordements gore (fort sages, cela dit, selon les canons actuels), associés à des scènes de nu gratuites, confèrent au film un fort côté cinéma d’exploitation qui cohabite avec une vision extrêmement noire de la société italienne (le petit monde – échantillon représentatif ! – réuni ici par le cinéaste) et donne à l’œuvre un aspect assez nihiliste.

Le film possédant déjà plusieurs éditions DVD, Carlotta joue la carte de la valeur ajoutée. On trouvera donc en bonus une introduction de l’incontournable Jean-Pierre Dionnet (qui fit énormément pour la diffusion des films de Bava en France depuis le début des années 90 via son Cinéma de quartier), une tentative d’analyse de l’œuvre par une spécialiste du cinéaste et la grandiose bande-annonce d’époque. La pièce maîtresse de ses bonus étant une émission de télévision italienne d’une quarantaine de minutes, consacrée aux effets spéciaux, où Bava venait faire une démonstration de son talent en la matière.

Mathias Ulrich

Publicités

Une Réponse to “[dvd :] LA BAIE SANGLANTE – Mario Bava (1/3)”

  1. CUT mercredi 24 juin 2009 à 80848 #

    Ma foi ça donne envie de le voir !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s