(dvd :) Collection Sexploitation – La Revanche des Vierges

27 Août

La Revanche des Vierges

La Revanche des Vierges

Bach Films propose une nouvelle escapade au pays des jeunes femmes dénudées avec cette Revanche des Vierges qui nous emmène dans l’Ouest sauvage américain. Tout commence par l’arrivée d’un pied tendre dans une bourgade de chercheurs d’or. Plutôt naïf, mais avec des économies en poche, l’apprenti aventurier veut faire fortune. Il se fonde sur les récits d’un pilier de bar pour monter une expédition à même de retrouver un site aurifère important. Petit problème : la zone est réputée habitée par une tribu d’Indiennes redoutables. Qu’à cela ne tienne, le citadin et sa fine équipe se mettent en route. Bien évidemment, ils tombent sur les Indiennes qui éliminent un à un les explorateurs bien téméraires.

Fait étrange, les guerrières n’ont aucune ligne de dialogue et se contentent de tirer quelques flèches les seins offerts au soleil, ou d’improviser une danse qui a plus l’air d’une bourrée auvergnate que d’une danse de la pluie. Leurs apparitions sont comme des interludes dans le récit. Car, et c’est plutôt une bonne surprise, La Revanche des Vierges est un western qui tient la route. Ed Wood (acteur, réalisateur et scénariste excentrique popularisé par le biopic de Tim Burton), en a écrit le script. Bethel Buckalew, dont c’est le premier travail derrière la caméra, sait à peu près orienter et placer une caméra. On suit même avec intérêt la confrontation de l’arriviste urbain avec les rustres chercheurs d’or. En fait, le film resterait cohérent, même si on coupait la quasi totalité des scènes où apparaissent les fameuses vierges. En proportion, elles y tiennent une place limitée, si on compare leur temps à l’écran avec les séquences consacrées aux aventures de la colonne en marche.

La Revanche des Vierges a donc de quoi divertir : un côté grotesque et décalé, mêlé à de l’action plus classique. Les Indiennes y ont plutôt un rôle sympathique. Les Blancs cupides reçoivent leur châtiment. Un film érotico-moral en somme.

En bonus, deux séances d’effeuillage par deux playmates des années 50 pas spécialement inspirées.

Disponible en DVD Zone 2 chez Bach Films.

1959. NB. Américain. Réalisation : Bethel Buckalew. Scénario : Ed Wood. Interprètes principaux : Charles Veltmann Jr, Jodean Lawrence, Stanton Richard, Del Monroe.

Franck Mannoni

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s