[cinéphilie] : Fanny Ardant

7 Sep

Fanny Ardant

Fanny Ardant (réalisatrice) était à Strasbourg pour présenter son film, Cendres et sang (sortie le 9 septembre 2009). Cendres et sang commence par le meurtre d’un homme sous les yeux de ses enfants, dans un pays indéterminé. Dix ans plus tard à Marseille, les enfants –deux garçons et une fille-, brisant un tabou, insistent auprès de leur mère (Ronit Elkabetz) pour qu’elle les emmène sur leur terre natale afin d’assister au mariage d’une cousine. Mais là-bas, les coutumes –violentes, ultra codifiées-, n’ont rien à voir avec ce qu’ils connaissent. Le moindre faux-pas peut entraîner des conséquences désastreuses… On l’aura compris d’après ce court résumé : pour son premier long métrage en tant que réalisatrice, Fanny Ardant a le mérite de sortir des sentiers balisés par la grande majorité des productions françaises actuelles.
Nous parlerons de Cendres et sang dans la prochaine émission de Cutlaradio (en ligne le 12 septembre), et si vous le souhaitez, vous pouvez en écouter l’entretien « minuté » sur le site des cinémas Star.
En attendant Fanny Ardant nous livre ses souvenirs et impressions des films suivants, de manière très vivante (ce n’est pas de la radio, dommage !).

TRANSYLVANIA (Tony Gatlif) :
J’aimais les bagues d’Asia (ndlr : Argento) ! J’ai aimé la musique, j’ai aimé cet acteur (ndlr : Birol Ünel) que j’avais vu dans Head on… J’ai une passion pour Tony Gatlif, j’ai vu tous ses films. C’est une sorte de pulsation qu’on n’explique pas avec la tête, mais qu’on explique avec le ventre et le cœur.

1900 (Bernardo Bertolucci) :
Waou. Gérard (ndlr : Depardieu) dans le rôle d’Olmo… Et Robert De Niro. La violence absolue, là aussi. L’histoire du siècle, les fascistes Italiens. De grands acteurs, des panoramas magnifiques. C’est une grande œuvre. Et puis il y a un engagement politique : je me souviens de cette grande toile rouge avec ces femmes, avec ces chants révolutionnaires, communistes. Magnifique.

TESS (Roman Polanski) :
Alors : la « magic hour ». Je sais que Polanski a raconté que pour la scène où ils sont tous sur la lande, tous les jours ils ont tourné un quart d’heure, au moment où le soleil va disparaître derrière les collines, ce qui rend tout doré. Toute la journée, ils tournaient autre chose et puis tout d’un coup, tout le monde courrait sur la lande pour pouvoir récupérer cette lumière, pour cette scène qui durait longtemps. Et puis, bon : j’adore qu’on me raconte une histoire romanesque, avec des espoirs d’amour et désespoirs d’amour.

LES SEPT JOURS (Ronit et Shlomi Elkabetz) :
Ah. Je l’ai vu il n’y a pas longtemps. Grande force des dialogues et du huis clos. De tout ce qui se passe pendant les enterrements, qui seraient d’habitude des moments de deuil et de désespoir, eh bien non ! La vie est plus forte, elle s’engouffre : les histoires d’amour, les histoires d’argent, les histoires de famille, les vieilles querelles, les vieilles haines et puis la claque magistrale de la mère à la fin qui –waou. La mère qui remet tout en place. La beauté de Ronit (ndlr : Elkabetz). Et puis j’adore Israël, avec cette espèce de menace pendant la guerre contre l’Irak –celle de 1990, pas la dernière… Picturalement un très beau film.

GOSSFORD PARK (Robert Altman) :
Pas v… Ah si ! Le monde upstairs et downstairs… Je ne suis pas une fanatique d’Altman. Parce que je n’aime pas les groupes. J’aime les destins racontés, les êtres humains. Mais ça ne m’intéresse pas de prendre les gens dans leur position sociale ou leur métier… La critique sociale d’un être humain, je pense que c’est toujours réducteur. J’aime que les êtres soient définis par un caractère, par une folie, par un itinéraire. Après, qu’ils soient grands bourgeois ou qu’ils soient du monde des domestiques, ou des laboureurs ou des paysans : ça c’est une incidence. Je crois toujours que l’être humain est plus riche que ça.

Propos recueillis par Jenny Ulrich

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s