Journal d’un CUTien au FEFFS (saison 2, ép.1)

16 Sep

Orphan ….. Cette petite  blonde va regretter d’avoir piqué le pépito de la petite brune.

Mardi 15, septembre, 20h, les affaires reprennent pour le FEFFS. Daniel Cohen, en maître de cérémonie rompu à l’exercice, égrène les remerciements habituels aux partenaires et sponsors tout en présentant les membres du jury déjà présents dans la salle : en l’occurrence Marina de Van et Ruggero Deodato. Pour Roger Corman, il faudra attendre le début de la compétition, aujourd’hui.

Vient ensuite le temps du film d’ouverture, Esther. Après une présentation du patron de Warner France, Olivier Snanoudj, qui demande au public de ne pas révéler la fin du film pour ne pas gâcher son suspense, on peut découvrir le troisième film de Jaume Collet Serra. Enfin, il serait plus sage de parler de la nouvelle production Dark Castle (société de production de Joel Silver), tant la mise en scène de Serra est purement fonctionnelle, quand elle ne multiplie pas les idées un peu datées.

Mais l’essentiel du plaisir ressenti lors de la projection tient plutôt au curieux mélange que représente le film, qui, après un accouchement douloureux en guise de scène d’ouverture (Fanny et Alix, vous avez bien fait de ne pas venir), se situe rapidement entre La Malédiction (celui de Richard Donner) et Kramer contre Kramer. On se retrouve en effet entre le film sérieux, avec ses acteurs de productions oscarisables (Vera Farmiga et Peter Sarsgaard), et le film de terreur avec enfant diabolique.

Le décalage constant du film, qui passe allègrement d’un genre à l’autre est suffisamment déstabilisant pour maintenir l’intérêt. Le malaise est entretenu par le fait que les scènes de suspense et de violence impliquent systématiquement des enfants dont une ravissante petite malentendante, pour laquelle on tremble régulièrement.

La principale qualité du film est aussi son défaut. A trop vouloir jouer sur les deux tableaux, Collet Serra réalise un film de 2h03 où abondent les répétitions. Mais la révélation finale, suffisamment grotesque, fait qu’on pardonne beaucoup de chose au film, qu’on quitte sur un générique fait de dessins d’enfants tous plus malsains les uns que les autres.

Marcel Ramirez prendra les commandes de l’épisode 2, qui marquera le vrai début du festival (Metropia et Bathory en compétition, début des rétros Roger Corman et Georges Franju, expo Alien etc.)

François-Xavier Taboni

Publicités

10 Réponses to “Journal d’un CUTien au FEFFS (saison 2, ép.1)”

  1. Reda mercredi 16 septembre 2009 à 150303 #

    Plutôt que grotesque (parce que tout à fait plausible) c’est surtout un twist de p’tit malin qui ne s’est pas rendu compte que ça niquait tout ce qui a précédé dans le film, pour assener une fin Hollywood Night. Aïe.

  2. Greg LAUERT mercredi 16 septembre 2009 à 180628 #

    il y avait beaucoup à niquer effectivement.
    Jusqu’au twist, c’était tellement brillant ….. Splendide …. Une nouvelle définition du cinéma …..

  3. Reda mercredi 16 septembre 2009 à 231125 #

    Si c’était de l’esprit je te cite ce que j’ai écrit hier pour des potes :
    « Jaume Collet-Serra nous balance des jumps cuts partout mais n’est pas Raimi qui veut, la plupart du temps c’est nul. Et le final est une grosse erreur scénaristique (genre je te fais un twist ouf malade mais je me rends pas compte que ça nique le (mauvais) travail fait avant). »

    Il est où Corman bordel ?

  4. Reda mercredi 16 septembre 2009 à 231127 #

    (« essaye encore un fois » comme disait mon Genius 2000)

  5. Oncle Joe jeudi 17 septembre 2009 à 150301 #

    Et en français, ça veut dire quoi « twist » et « jumps cuts » ?
    Je veux bien aussi qu’on m’explique ce qu’est une fin à la « Hollywood Night ».

    Merci

    Oncle Joe, fan de Laurent Achard

  6. Reda jeudi 17 septembre 2009 à 160428 #

    Twist veut dire détourner, jump
    cut : saut de coupe et Hollywood night : nuit d’Hollywood.

  7. Oncle Joe jeudi 17 septembre 2009 à 190745 #

    Moi aussi, je sais utiliser Babelfish.
    Ça ne m’explique pas ce que signifient ces termes.

  8. Reda jeudi 17 septembre 2009 à 221024 #

    Si tu sais utiliser Google il te l’expliquera mieux que moi (surtout que mon esprit fatigué vient de capter que je voulais dire jump scare et pas jump cut … La loose quoi !)

  9. Oncle Joe vendredi 18 septembre 2009 à 140233 #

    Ouais. Alors mieux que je demande à google qu’à un loser.

  10. Reda vendredi 18 septembre 2009 à 170537 #

    Ouaip.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s