Journal d’un CUTien au FEFFS (saison 2, ep.6)

21 Sep
dead snow

Dead Snow

Contrairement à l’héroïque Sylvain et les autres CUTiens, je n’ai pas pu bouffer tous les films du dimanche. J’entends d’ici des soupirs d’exaspération mais je peux me défendre en disant simplement qu’être bénévole à un festival c’est dormir peu (je n’ose donc imaginer les nuits des organisateurs) et ne pas pouvoir zieuter tous les films. Oui, on se protège comme on peut, mais ceci dit, rien ne vous empêchera de m’envoyer des noms d’excréments dans les dents…

14h : séance de rattrapage du film Dead Snow de Tommy Wirkola (réalisateur de Kill Buljo). Pour être direct et clair, ce n’est pas parce qu’il y a des zombies nazis qu’il y a une dimension politique. Et comme l’avait souligné Sylvain, le film collectionne les clichés de la comédie horrifique sans jamais toucher l’originalité. Les personnages sont creux et on désir uniquement les voir dézinguer du zomblard ou se faire bouffer la face par Günter. Néanmoins, Tommy Wirkola se sent tellement obligé de livrer des gags crados à tout va et des morts bien débiles qu’il parvient à faire rire (pas toujours de bon cœur). En fait, le film tient debout uniquement grâce à l’allure de ses prédateurs. Gentiment marrant, si on s’attend à un petit délire ; très vain, si on s’attend à autre chose.

La séance terminée, mon ambition à vouloir devenir un bénévole parfois utile m’a forcé à donner un coup de main au fameux CAEU (où à lieue l’exposition « Alien »). Coup de main terminé, il était un peu plus de 16h30 et là je me suis dit que mon avenir à Cut risquait d’être compromis pour la raison suivante : j’ai raté l’unique séance de Nuits Rouges de Georges Franju. J’ai voulu jouer au bénévole sympa, je suis devenu un CUTien déplorable.

IMG_2123

Pour tenter d’oublier en attendant la flagellation, j’ai donc jeté un œil sur les maquillages de la petite équipe du cool guy David Scherer qui prend toujours un grand plaisir à défigurer les fans dans une ambiance très décontractée.

cucca

De l’autre côté de la salle, le superbe dessinateur italien Vincenzo Cucca (qui a fait l’objet d’une jolie exposition durant le festival) faisait ses généreuses dédicaces dans le livret étant consacré à ses dessins d' »Alien » entièrement créé pour le festival.

Dans le même lieu, entre l’actrice Stéphanie Kern Siebering et une amie à elle, se poursuit une discussion intéressante autour de Cannibal Holocaust et Le Projet Blair Witch. Deodato aurait souligné que ce dernier ait été vendu à tort comme étant le premier film tourné « par » ses acteurs. J’ai détesté Cannibal Holocaust et ai adoré Le Projet Blair Witch, il ne m’est donc pas difficile de soutenir ce dernier comme étant le premier film tourné intégralement par ses acteurs (jusqu’à preuve du contraire). La discussion tourna ensuite autour de la polémique concernant les meurtres d’animaux dans Cannibal Holocaust. Le film de Deodato a maltraité des animaux, Le Projet Blair Witch a manipulé des humains (sachant que les trois acteurs du film n’étaient pas vraiment mis au courant des différents événements qui auront eu lieu sur le tournage), même si le sort final est totalement différent, une forme de sadisme reste tout de même bien distincte dans les deux œuvres. J’ai donc commencé à me demander ce qui me choquait le plus…

Julie Corman tentant de calmer Daniel Cohen.

Julie Corman tentant de calmer Daniel Cohen.

18h : la cérémonie de clôture s’anime par un Daniel Cohen qui semble en forme et surtout un peu soulagé. Les remerciements fusent avec les applaudissements. Arrive ensuite la remise des prix tant attendue. Nous commençons avec le prix du jury jeune qui offre son palmarès au court-métrage intéressant mais un peu moyen The Knot de Kjersti Steinsbø. Se suit la remise du prix du public (toujours catégorie courts-métrages) délivrée par Julie Corman qui offrira à l’allemand Full Employment de Thomas Oberlies & Matthias Vogel une récompense carrément méritée qui se verra enrichie d’une nomination au Melies d’or.

Vu l'expression intriguée (et intriguante) de Daniel Cohen, Ruggero Deodato ne devait pas dire ce qu'il fallait.

Vu l'expression intriguée (et intriguante) de Daniel Cohen, Ruggero Deodato ne devait pas dire ce qu'il fallait.

Arrive ensuite Ruggero Deodato, toujours de bonne humeur, pour offrir le prix du public dans la catégorie longs métrages : Dead Snow en sort vainqueur. Pas forcément réjouissant pour ma part, mais pas déplaisant pour le bon vieux Deodato étant donné que c’est l’actrice Evy Kasseth Røsten qui vient récupérer le prix et une bise.

Consuelo, Roger Corman et Daniel Cohen.

Consuelo, Roger Corman et Daniel Cohen.

Pour la remise du prix du jury et le fabuleux Octopus d’or, le génialissime et très cool Roger Corman arrive sur scène pour dévoilée les grands vainqueurs : le sympathique The Children de Tom Shankland (pour le prix du jury) et Moon de Duncan Jones (pour l’Octopus d’or) qui manque à ma culture. Avant de partir, Roger Corman tenait à remercier les organisateurs du festival et à préciser que ce dernier ce distinguait des autres pour son accueil chaleureux et ses nombreuses autres qualités. Daniel Cohen devait en trembler du gland…

Trice 'r Treat

Trick 'r Treat

Le jury volatilisé, les lumières tamisées, commence le film de clôture Trick ‘r Treat de Michael Dougherty, film à sketchs rappelant Creepshow et se déroulant durant la nuit d’Halloween dans une petite ville de l’Ohio. Trick ‘r Treat est un spectacle horrifique old school qui fait très plaisir grâce à sa volonté d’aborder plusieurs légendes d’Halloween sans jamais se prendre au sérieux, sans jamais tomber dans le ridicule et en déjouant certains clichés. Le film de Dougherty a simplement l’ambition d’être généreux envers son public pour lui faire passer un bon moment, ce qu’il parvient sans trop de mal. Une très bonne surprise pour conclure la seconde édition du Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg qui semble sérieusement décoller…

Rock Brenner

Publicités

Une Réponse to “Journal d’un CUTien au FEFFS (saison 2, ep.6)”

  1. Oncle Joe lundi 21 septembre 2009 à 140254 #

    Les légendes des photos sont drôles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s