Journal d’un CUTien à L’Etrange (saison 2, ép.2)

23 Oct

L’avantage d’arriver un peu avant à la séance de Sky Crawlers, qui ouvre cette deuxième journée de L’Etrange Festival, c’est que ça donne un peu de temps pour discuter avec les aficionados. Gentiment rangés dans les escaliers qui mènent à la salle 1 du Star-St-Ex, on papote. Apparemment, la journée d’hier à laissé des traces, surtout La Femme aux seins percés : décalé, kitsch, marqué 80’s, les commentaires vont bon train. Etrange, tout simplement, semble bien résumer l’ambiance de ce Day One. Ouf !

DSC00449

Juste devant nous, dans la cabine de projection, FX (photo) et tout le staff technique s’affairent. On n’y pense pas forcément, mais pour faire tourner cette aventure filmique qui enchaîne des formats de projections différents, il faut beaucoup de patience, de compétence et de patience (j’ai dit patience ?). Philippe Lux, l’organisateur, penche la tête : «On a un petit problème technique, si c’est pas réglé dans deux minutes, je vire la moitié de l’équipe !». Non c’est une blague en fait… Ça y est on peut rentrer.

Sky Crawlers

Sky Crawlers

Philippe Lux présente les oeuvres de la soirée. Et on commence fort avec le court métrage No Place Like Me, diffusé en partenariat avec le mag Mensomadaire de Canal+. Le Néerlandais Rosto a misé sur un univers onirique et cauchemardesque, d’où n’est pas exclu une certaine tendresse… morbide. Le tout sur une musique des Three Wreckers. Envoûtant. Tout ça tranche nettement avec Sky Crawlers de Mamoru Oshii (Avalon), qui raconte la vie de pilotes de chasse adolescents. Dans cette société pacifiée, la guerre est organisée par des entreprises privées et laissée à ces enfants qui ne pourront jamais grandir, les Kildren. Les batailles aériennes chorégraphiées sont somptueuses, les images hyperréalistes (pour tout ce qui est technologique et les décors), ou volontairement artificielles pour les êtres humains, qui se retrouvent comme insérés dans un autre monde. L’uniformité poétique du film, notamment fondée sur un rythme lent et de longs silences, n’est rompue que par un bref passage didactique (au cas où on n’aurait pas compris le message du film).

Le public sort, entre, place au court métage Santa : The Fascist Years. Cette fois c’est le fantasque Bill Plympton qui offre, en 3 minutes chrono, le destin tragi-comique d’un Père Noël vraiment vraiment bad qui verse dans la dictature fascisante. Humour encore avec Our Wonderful Nature, un court très instructif sur la lutte, version arts martiaux, de deux musaraignes mâles pour les beaux yeux d’une femelle. Ça dépote !

 

Firts Squad : The Moment of Truth
First Squad : The Moment of Truth

 

Tout le monde s’est bien détendu avec les pré-programmes : on peut passer aux choses sérieuses avec First Squad : The Moment of Truth de Yoshiaru Ashino, présenté en première française. Ashino a mêlé des témoignages de vétérans, d’historiens et de psychologues en chair et en os à de longs passages animés. Il raconte le combat entre deux sections, l’une russe, l’autre nazie, chargées de conduire la Seconde Guerre mondiale sur le terrain de l’au-delà. Faux documentaire, First Squad n’emprunte pas moins son sujet à l’Histoire, puisque de telles sections ont bien existé, notamment du côté nazi. On ne sait pas trop si ni comment le film va sortir. Nous avons pu voir sa version intégrale (il sera peut-être redécoupé), privilège de L’Etrange.

 

goemon
Goemon

 

Cette soirée guerrière s’achève en apothéose avec un opéra féodal, récit épique de luttes de pouvoir en des temps reculés. Kazuaki Kiriya livre, avec Goemon, un pur spectacle. Goemon, c’est un peu le Robin des bois local, qui confronte son esprit de liberté absolu à la soumission des ninjas et des samouraïs qui l’entourent. On en prend vraiment plein les yeux et ces deux dernières heures passent très vite. D’autant plus que Goemon était projeté en exclusivité française : c’est sûr, le film ne sortira pas en salles en France. Et le voir sur petit écran, franchement, ça le fait beaucoup moins. Vivement demain !

Et demain c’est Greg.

Franck Mannoni

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s