[dvd:] Coffret Rossellini (2/3)

15 Nov

Coffret

Après Blaise Pascal, le coffret édité par Carlotta et contenant quatre téléfilms réalisés par Roberto Rossellini pour la télévision se poursuit avec Augustin d’Hippone (1972) et Descartes (1973).

Avec ce volet sur Saint Augustin (354-430), Roberto Rossellini cherche toujours à éduquer les masses en leur montrant des destins fondateurs de la pensée moderne. Il entend illustrer le passage entre l’Antiquité et le Moyen Age. Il utilise abondamment, comme pour Blaise Pascal, les textes de son personnage principal, ici Les Confessions. On parle beaucoup dans Augustin d’Hippone, on discute, on se dispute, on marche en devisant. Le parallèle est inévitable avec Les Onze Fioretti de François d’Assise, tourné par Rossellini en 1950. Les chants qui accompagnent certaines scènes sont de même style. D’autre part, les deux personnages ont des points communs : tous deux par exemple, ont vécu une vie au coeur de la société avant de se convertir au christianisme. Tous deux ont révolutionné la pensée religieuse de l’époque.

augustin

Augustin d'Hippone (1972)

D’un point de vue technique, le cinéaste a maintenant bien rôdé son système. Toujours des mouvements de caméras sur rails, le fameux boîtier électronique toujours en main, le réalisateur peut zoomer à l’envi, même s’il n’a pas la caméra en main. Rien de nouveau donc. Et ce n’est pas là qu’il faut chercher des idées novatrices. En revanche, Rossellini a voulu faire évoluer ses personnages dans des ruines antiques. Il livre dès lors un film authentique. En tout cas, qui correspond à l’image de l’Antiquité que se font les téléspectateurs. Des statues et des bâtiments peints de couleurs criardes, comme c’était souvent le cas à l’époque, auraient beaucoup plus déstabilisé les esprits. Rossellini ne cherche pas la reconstitution historique. Il veut montrer des idées et un parcours philosophique.

Descartes découle du même processus. Si ce n’est que les costumes et les décors sont beaucoup plus soignés. Les scènes sont composées à la manière géométrique des tableaux de maîtres flamands. Le philosophe français (1596-1650) apparaît comme un homme qui a tout sacrifié à ses travaux. Rossellini veut montrer comment un philosophe, éduqué selon les préceptes des Anciens, rompt avec tout ce qu’il a appris pour fonder une nouvelle manière de raisonner et de valider des connaissances : la méthode cartésienne.

descartes

Descartes 1973)

Trait constant, Rossellini crée un lien entre sa vie et le personnage dont il suit le parcours. Il reste fidèle aux faits, s’appuie sur les écrits, mais pour tout ce qui concerne le côté humain du personnage, il insiste sur les points communs qui le lient à lui. Ainsi, Descartes est souvent représenté au lit, recevant ses amis, ce que faisait souvent Rossellini en travaillant. Le tournage fut vraisemblablement plus houleux que pour les autres volets de la série. Rossellini avait choisi de tourner en français, ce qui ne facilitait pas les prises pour les acteurs italiens. Il a dû aussi imposer ses vues à Ugo Cardea, qui avait des idées très arrêtées sur la manière dont il souhaitait jouer son rôle. Et l’on sait que Rossellini n’aimait pas les acteurs dirigistes. D’où son habitude de travailler avec des comédiens débutants, inconnus, voire non professionnels.

Ces deux oeuvres sont présentées par Aurore Renaut, qui a écrit une thèse sur Rossellini et enseigne à l’université. Un documentaire de Carlo Lizzani, qui a travaillé avec Rossellini et qui est lui-même réalisateur, donne une vision globale du travail du cinéaste. Parmi les témoignages recueillis figurent notamment ceux de Martin Scorsese, François Truffaut et Federico Fellini. Isabella Rossellini, la fille de Roberto, est la seule à évoquer le caractère de son père, surprotecteur et parfois peu patient. On s’amuse à voir Lizzani se battre avec le prompteur : l’homme est aussi acteur pourtant, apprendre quelques lignes de texte n’auraient pas dû l’effrayer.

Franck Mannoni

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s