[radio :] CUT -87

20 Fév

Cette semaine nous ne sommes pas galants avec les dames (enfin pas avec Carrie Fisher ni avec Géraldine Chaplin). Cette semaine il y a des films honnêtes et d’autres moins. Cette semaine c’était l’anniversaire de Ray, John et Benicio…

Lovely bones (Peter Jackson), Fantastic Mr. Fox (Wes Anderson), I love you Phillip Morris (Glenn Ficarra et John Requa), White lightin’ (Dominic Murphy), La horde (Yannick Dahan et Benjamin Rocher), Hors de contrôle (Martin Campbell), Tatarak (Andrzej Wajda), From Paris with love (Pierre Morel), La pivellina (Tizza Covi et Rainer Frimmel), Wolfman (Joe Johnston).

Avec Jenny, Anne-Laure, Greg, Sylvain.

Publicités

23 Réponses to “[radio :] CUT -87”

  1. Reda dimanche 21 février 2010 à 140240 #

    Vous êtes sur d’avoir compris la Horde ?

  2. rock dimanche 21 février 2010 à 170525 #

    Sur La Horde, les remarques de Greg sont intéressantes, lorsqu’il dit que le film n’a pas tant l’ambition à raconter une « histoire »… Il suffit d’écouter comment Dahan et Rocher vendent le film, ils répètent sans cesse que c’est un film fun avec des « gueules », ils ne nous invitent pas vraiment à suivre une véritable « histoire » (ce qui est très honnête, ils semblent assez conscients de leur film). Bon, Dahan y voit un propos beaucoup plus profond qui existe bel et bien puisqu’on peut choisir de regarder La Horde comme un simple et con divertissement ou on peut le voir en essayant de décortiquer son propos (et il y a de la matière même s’il demeure un peu amputé). Mais c’est vrai que le public visé est encore un peu trop exclusif (regarde qui a répondu à l’appel pour être figurant bénévolement sur le tournage, ce sont des « geeks » ou bien les amis des « geeks »), le spectateur qui en a rien à foutre de la culture geek, qui n’aime pas particulièrement les films d’horreur avec des zombies, qui ne connait pas ou n’aime pas le Grand Guignol aura sûrement du mal à être touché par le contenu de La Horde… Ce n’est pas comme L’Orphelinat qui a vraiment les éléments qu’il faut pour plaire à un public très très large, dont celui qui n’est pas habitué au fantastique.
    Et la remarque de Jenny sur le jeu des acteurs n’est pas négligeable en soi.

    Je crois qu’il y a tout un contexte qui fait que j’aime La Horde ; j’aurai bien aimé voir ce film sans connaitre Dahan, Opé Frisson et les épisodes du tournage juste pour connaitre ma réaction parce qu’il serait sans aucun doute beaucoup moins influencé.
    J’aime beaucoup La Horde malgré ses défauts et je le conçois comme le meilleur « film d’horreur » français depuis Haute Tension, mais je ne pense pas (et actuellement j’ai l’impression que ça en devient une évidence au vu des chiffres) que La Horde va changer grand chose sur la production des films de genre en France…

  3. Reda dimanche 21 février 2010 à 210919 #

    Je ne pense pas que le fait de ne pas avoir mis en avant l’histoire pendant la promo relève de l’absence de celle-ci. Le script a connu diverses versions, a été réecrit pendant 4 ans, et le déroulement est à mon sens très structuré et intelligent, même s’il ne suit pas stricto-sensu des schémas politiques explicite comme certaines personnes fermées d’esprit semblent lui reprocher.

    L’histoire est ce qu’elle est, et elle est bien racontée. S’il n’y avait pas d’histoire, les personnages n’auraient rien à revendiquer, ils ne seraient que des personnages fonctions évoluant sans aucun sens narratif dans un univers donné. Ce qui est l’inverse de ce que l’équipe revendique : un retournement des valeurs chez les persos.

    Le public n’est pas restreint aux geeks, il en est clairement le produit. Un geek c’est un passionné de culture populaire.
    Si la culture populaire est trop élitiste je vois pas ce qui est populaire.
    Mais il faudrait tourner le débat sur la définition de geek, qui ne cache pour moi rien d’autres que l’expression moderne des Apulée, Homère et autres De Vinci.

    Je reconnais volontiers les défauts de la Horde, certaines imputables au budget, d’autres non, et en particulier le mauvais jeu des acteurs à certains moments. Mais etonnament, ça n’a pas été rédhibitoire pour moi, notamment grâce à l’ampleur que prennent les personnages et au spectacle généreux et jouissif (surtout de la dernière demi-heure).

    J’estime ne pas être orienté par l’estime que je porte à l’équipe :
    – parce que Frontière(s)
    – parce que la Horde a evoqué chez moi les mêmes choses que les Total Western, Nid de guêpes, Maléfique et Haute tension.

    Malgré les chiffres, je suis persuadé que l’histoire de Capture (the flag) est loin d’être terminé. Et cette société promet au cinéma français de bien belles choses ;) .

  4. François dimanche 21 février 2010 à 221032 #

    J’ai vu La Horde. C’est le film de quelqu’un qui ne se pose plus la question du cinéma, mais celle du jeu. En ce sens, Dahan n’est intéressé que par une chose : jouer avec les codes d’un genre maîtrisé par une frange d’aficionados. Les autres, il s’en fout. Ils ne racontent pas d’histoire, il transgresse un genre ou lui rend hommage, selon les plans, selon les personnages. Il s’amuse, tout seul dans son coin. Et seuls quelques p’tit gars sont tolérés dans son bac à sable.

  5. Jakuts lundi 22 février 2010 à 01218 #

    Et pourquoi personne ne dit jamais que ben del toro a surtout l’air possédé par brad pitt, qu’il doit sincèrement penser être? wolfman, c’est un peu son légendes d’automne…

  6. Reda lundi 22 février 2010 à 10103 #

    Et sur quel(s) argument(s) te reposes-tu François pour affirmer ça avec un tel aplomb ?

    (c’est évident mais je tiens à le rappeller : ce n’est pas l’œuvre d’un seul homme).

    Revu ce soir et hier j’ai joué à Left4dead… Bel exemple de d’inspiration xenoculturel.

  7. Greg LAUERT lundi 22 février 2010 à 80851 #

    La culture geek, ce n’est pas de la culture populaire.
    Les geeks font un peu les ayatollah et ce n’est pas le moindre de leur maux que de se croire la fange dominante.

    Mais le peuple, le vaste peuple, c’est celui qui fait le succès des Ch’tis et du Petit Nicolas.

    Les geeks, c’est une minorité.
    Et un film qui ne serait généreux que vis à vis d’une minorité ne peut pas être un succès commercial.

    Pour autant, je suis le premier à reconnaitre les qualités de la Horde.
    Moi, ça me parle tout à fait.

    Et merci de nous écouter au passage.

  8. Reda lundi 22 février 2010 à 101032 #

    Je ne te parle pas d’epiphénomène locaux éphemères, mais de succès mondiaux et durables Spiderman, LOTR, The Dark Knight, Avatar, Star Wars, Matrix et des dizaines d’autres.

    Je te conseille de voir Suck my geek pour une meilleure compréhension du phénomène (même si je soupçonne que ça soit déjà fait), parce que dire que les geeks sont des ayatollah amenerait à dire que le Watchmen de Snyder (qui a beaucoup plus à Cut) est adoré par eux. Ce qui est loin d’être le cas.

    De rien.

  9. Greg LAUERT lundi 22 février 2010 à 111139 #

    Avatar n’a rien d’une niche à geek, c’est un western avec des mecs bleus à la place des indiens.
    C’est ultra classique, et aucunement référentiel.

    Des succès comparables à Spiderman n’ont rien de neuf.
    Ou alors, il faut considérer que l’avènement de la culture geek, c’est le Superman de Donner.

    Je crois qu’on prône beaucoup, à tort et à travers, une sous culture qui se rêve dominante.
    Et l’étiquette geek limite l’ambition d’un certain cinéma.

    L’étiquette geek, ce n’est pas le label rouge du cinéma. Ca peut être une conséquence de l’appropriation d’un film par un certain public.
    Mais je ne vois pas comment on pourrait l’apposer avant même d’avoir proposé le long métrage au public.

    Enfin, c’est un faux débat.
    Je trouve plein de qualités à La horde. Parce que Dahan est intelligent, et qu’il sait ouvrir des portes.
    Le souci, c’est que le film restera confidentiel, alors qu’il voudrait parler au plus grand nombre.
    Mais c’est du cinéma de niche, comme un Bela Tarr, comme un Angelopoulos.
    Ce n’est simplement pas la même niche.

    Les geeks, c’était, et c’est toujours un microcosme.
    C’est pas un docu Canal avec des mecs qui font du cosplay qui va changer la donne.

  10. Reda lundi 22 février 2010 à 121203 #

    Je ne comprends pas ta définition du geek. C’est vrai qu’il y en a presque une pour chacun mais je l’englobe dans une catégorie : « passionné de culture populaire ».

    Je ne vois pas pourquoi La Horde parlerait à un petit nombre. Il mélange le polar contemporain avec le policier rétro, les zombis, le film d’action autant que le film gore et le survival.
    Il a d’ailleurs été vendu dans 47 pays. Si ça ce n’est pas populaire (et pas comme les ch’tis, qui n’est qu’un phénomène culturelle très mal vendu ailleurs), je ne sais pas ce que c’est. Les japonais autant que les italiens l’ont aimé.

  11. rock lundi 22 février 2010 à 130137 #

    Le problème est surtout sa popularité en France, pas à l’étranger, apparemment Dahan semble surtout inquiet par accueil des films d’horreur en France. Les films d’horreur français marchent bien mieux à l’étranger qu’ici bizarrement, certaines critiques anglo-saxonnes n’hésitent pas à exprimer leur enthousiasme envers le cinéma d’horreur français en le qualifiant de nouvelle « nouvelle vague »… Des films comme Martyrs, Frontière(s), Haute Tension ou A l’intérieur sont plutôt bien vendu à l’étranger. Mais cela signifie-t-il qu’ils sont réellement populaires, je ne sais pas…

    Il faut être lucide et je crois que c’est évident, La Horde n’a pas bénéficier des ingrédients qui lui aurait permis de toucher un public aussi large que celui de Spiderman ou Matrix… Ces derniers films ont plusieurs atouts qui leur permettent d’acquérir une grande popularité : un budget pour faire beaucoup de publicité, des têtes d’affiches qui intéressent le public des « Ch’tis » ou du « Petit Nicolas », de plus la plupart de ces films (Spiderman, LOTR, The Dark Knight) sont des adaptations très attendues et pour Avatar, le nom du réal de Titanic et la 3D aident beaucoup.
    Concernant la culture geek, elle s’ouvre peut-être à une culture populaire, mais la culture populaire ne s’intéresse pas vraiment à la culture geek, et c’est bien parce qu’elle est une minorité…

  12. Jer lundi 22 février 2010 à 140219 #

    Pour savoir si vous êtes un geek (et en creux avoir une définition de cette espèce qui devient une cible de plus en plus prisée par les grosses compagnies de « l’entertainment »), il suffit de faire ce test :

    http://www.innergeek.us/francais.html

    Après, on peut faire le concours pour savoir celui qui a le plus gros score.
    Moi, je suis à 27%.

  13. Reda lundi 22 février 2010 à 231154 #

    En tout cas ils sont transculturels donc quelque part ils touchent une partie de l’être humain en dehors des spécificités ethniques.

    Mais pour la horde on ne peut pas encore de prononcer.

    En tout cas, les geeks (votre definition du geek qui n’est pas la mienne) ont détesté le film
    pour la plupart (un mélange d’oeilleres et de conditionnement par une certaine partie des gens censé defendre le genre depuis pas malde temps).

    Je désapprouve pour LOTR, Matrix etc. Parce que j’aurais tres bien pu citer Evil dead, Bad taste, Escape from New York, Shaun of the dead, Pulp Fiction, Pour une poignée de dollars, Massacre à la tronconneuse et autre Romero ou Cronenberg de la première heure pour montrer que la culture geek (ou populaire si vous voulez) ne s’impose pas à coup de brouzoufs.

  14. Jer mardi 23 février 2010 à 150314 #

    Je suis ravi d’apprendre que se trouve ici le porte-parole des geeks de France, le pendant de Frédéric Lefebvre, porte-parole des UMPistes de France.

    Faire d’Homère, Apulée ou De Vinci des précurseurs des geeks, c’est juste étaler sa médiocre connaissance de l’Histoire ou tenter de raccrocher un phénomène mineur, dérivé d’une sous-culture populaire (« sous » dans le sens partie d’un tout, pas inférieur à) récente et devenu rentable depuis 10 ans, au grand train de l’histoire des arts.

  15. François mardi 23 février 2010 à 200821 #

    Je pense, dans La Horde, que Dahan pense qu’en se faisant plaisir, il fera plaisir. Or, ce n’est pas communicatif de cette façon là. Cette idée ne marche qu’avec des gens de la même « famille ». Voilà pourquoi c’est à mon sens un film pour geek, fait par un geek.

  16. Reda mardi 23 février 2010 à 210930 #

    Un mec qui collectionne les rituels comme d’autres enchainent les expériences filmiques, un autre qui dessine des machins volants au mépris de ses contemporains et qui va clandestinement se procurer des cadavres de criminels au risque de sa vie pour nous livrer des dessins anatomiques incomparables aux ridicules schémas plus qu’aproximatifs de l’époque, t’appelle ça comment ?

    Tu ne connais pas le phénomène geek. Laisse tomber. D’ailleurs les geeks sont tellement mineur qu’ils contrôlent aujourd’hui toute notre existence, à commencer par la chose que tu utilises pour m’affubler l’adjectif d’ignorant.

  17. rock mardi 23 février 2010 à 221031 #

    Ça vous dit qu’on arrête les étiquettes un petit moment..? Parce qu’à force d’essayer de savoir qui est un « geek » ou qui ne l’est pas j’ai légèrement l’impression de percevoir un concours de déshumanisation…

  18. Jer mardi 23 février 2010 à 221049 #

    Ça s’appelle un scientifique, ou un écrivain. Il n’est pas nécessaire d’aller coller à ces gens une étiquette qui ne leur convient pas.
    Un geek est, dans les premiers usages du terme, un inadapté, un asocial, parfois un fou. C’est quelqu’un qui a des passions qui ne sont pas celles de la majorité et qui ne sont pas reconnues comme dignes d’intérêt par celle-ci.
    De Vinci était tout sauf un marginal. Homère était un poète comme il en existait des tas à l’époque, qui faisait vivre une tradition orale. Il avait un rôle social primordial.
    Ce n’est pas le cas d’un type comme Dahan (au hasard) qui ne procure des érections qu’à une poignée de fanatiques.

    Aujourd’hui, le terme geek est galvaudé et sert à décrire n’importe quel type qui apprécie le cinéma de genre, les jeux vidéos, de rôles ou autres, ou n’importe quelle marotte qui relève d’une niche commerciale. Quand on entend Fillon se prétendre geek parce qu’il s’intéresse à l’informatique, on voit que ça ne veut plus rien dire. Parce qu’à ce compte-là, ma grand-mère qui a +20 en confection de bredele, c’est aussi une geek.

    Et sinon, je voudrais que tu m’expliques comment les geeks peuvent avoir pris le contrôle de mon esprit (et, accessoirement et selon ton affirmation selon laquelle ils contrôlent toute notre existence, celui de ton sphincter anal).

  19. Reda mercredi 24 février 2010 à 01251 #

    Quoi ton esprit ??? Mouarf je crois que tu comprends rien à ce que je raconte, pas étonnant.
    rock a raison. On va arrêter sur les geeks (surtout que quand je vois ta définition j’ai envie de pleurer).

    Sinon un indice pour les dialogues de la Horde qu’on « croirait sortie d’un doublage français des actionners 80’s » : un des scénaristes adore particulièrement ça et ne s’en cache pas.
    Je vois pas où c’est un mal de rendre hommage à ce qui a bercé pas mal d’adeptes du cinoche.

    « Si c’est vrai, j’espère pour toi qu’elle a des couilles ! »

  20. Reda mercredi 24 février 2010 à 10122 #

    François : bizarre que tu penses ça, la Horde a été pensé pour être le contraire de ce que tu dénonces contrairement à des Martyrs ou A l’intérieur qui, eux, se voulaient élitistes de façon explicite.

    Et d’ailleurs, la plupart du public visé a refoulé le film pour ces raisons (suffit de passer sur les forums concernés, comme mad movies ou devildead), alors qu’à chaque séance où j’ai été (c’est a dire 6) il y avait un public de toutes âges et de toutes ethnies (c’est la première fois en tout cas que je croise A CHAQUE FOIS des petites vieilles et des jeunes de cité à la même projo d’un film d’horreur).

    Après ne pas trouver de plaisir à la Horde e le concois mais dire qu’il est trop élitiste alors qu’il y a un tel mélange de tons et de genres je suis dubitatif.

    (aïe, je sens encore les répliques condescendantes et sarcastiques qui arrivent, essayant tant bien que mal de cacher la vacuité de propos erronés balancés avec une autorité suffisante par une réplique bien sentie sur mon trou du cul… d’ailleurs c’est pas la première fois qu’on me parle de mon trou du cul ici, j’invite l’interressé à aller consulter au plus vite parce qu’une obsession pareille ça cache quelque chose).

  21. Romain mercredi 24 février 2010 à 200805 #

    Serait-il possible que les discussions ne se terminent pas à chaque fois (bien sûr, c’est exagéré d’écrire à chaque fois – mais sommes nous vraiment dans une quête de modération ?), donc :
    Serait-il possible que les discussions ne se terminent pas à chaque fois par des propos déplacés, des prises à parti et/ou des disputes qui n’intéressent personne ?
    C’est fatigant, d’autant que la discussion, à l’origine, était intéressante.

  22. Boyan lundi 1 mars 2010 à 80851 #

    J’ai une suggestion pratique pour CUT la radio. Serait-il possible de placer un lien de téléchargement de l’émission pour qu’on la podcaste et qu’on l’écoute sur nos baladeurs ?

  23. Greg LAUERT vendredi 5 mars 2010 à 130101 #

    Merci de le suggérer, Boyan.
    Ce serait une chouette idée de pouvoir podcaster l’émission.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s