[cinéphilie :] Malek Bensmaïl

28 Avr

Malek Bensmaïl (réalisateur) était à Strasbourg pour présenter son film documentaire La Chine est encore loin (sortie le 28 avril 2010). Le titre faisant référence à une parole du prophète Mahomet, « Recherchez le savoir jusqu’en Chine s’il le faut », Malek Bensmail dresse, entre autres, un constat sur la façon dont le savoir est dispensé aujourd’hui en Algérie. Il accorde aussi une place importante à l’attaque contre un couple d’instituteurs français et un caïd algérien, qui, en 1954, lança le début de la guerre pour l’indépendance de l’Algérie. Comment s’est construite la société algérienne ensuite, comment se porte-t-elle aujourd’hui ? On entre et on sort de l’école de Ghassira (un village tout près de l’endroit où eut lieu la fameuse attaque de 54), on observe, on écoute et peu à peu les choses se dessinent…

Nous parlerons peut-être de La Chine est encore loin dans la prochaine émission de Cutlaradio (en ligne le samedi 1er mai) et si vous le souhaitez vous pouvez en écouter l’entretien minuté sur le site des cinémas Star. En attendant Malek Bensmaïl nous livre ses souvenirs et impressions des films suivants…

ÊTRE ET AVOIR (Nicolas Philibert) :

Oui, bien sûr, on fait souvent le rapprochement. Je pense qu’on est sur autre chose entre La Chine est encore loin et Être et avoir. Être et avoir est un film sur un système particulier, sur une école dans une campagne, sur un rapport instituteur/enfant uniquement et sur le système pédagogique qui est finalement une sorte de bonheur d’enseigner. Et moi, je crois que suis plutôt sur quelque chose qui est de l’ordre de la difficulté d’enseigner. Et sur une confrontation qui est complètement explosive. Donc on n’est pas du tout sur le même terrain. Et en même temps, Être et avoir reste un film, effectivement, de référence sur l’enfance.

ENTRE LES MURS (Laurent Cantet) :

C’est un très beau film. La seule chose que je dirais, c’est qu’il utilise un dispositif multi-caméras, sans prendre de position entre le documentaire et la fiction et, voilà, j’ai peut-être un petit bémol sur le dispositif formel, je ne suis pas convaincu de sa justesse.

S21, LA MACHINE DE MORT KHMER ROUGE (Rithy Panh) :

Excellent film. Vraiment, si j’arrivais à faire ce qu’a réussi Rithy Panh sur les massacres en Algérie, sur les disparus, ce serait un grand pas pour l’Algérie, mais je ne suis pas convaincu de pouvoir réussir. Non pas en tant que personne, mais en tant que possibilité d’obtention d’autorisations de tournage et de pouvoir aller sur ce terrain. Parce que vous savez qu’en Algérie, il y a une loi qui est passée qui nous interdit –tout intellectuel, tout cinéaste- de revenir sur les années du terrorisme : on est passible de prison. Du coup on est un peu coincé. On pourrait le faire, mais il faut prendre ses précautions.

BLED NUMBER ONE (Rabah Ameur-Zaïmeche) :

Je dirais que je ne suis pas fan de ce film.

LA GUERRE DES BOUTONS (Yves Robert) :

Grand classique. Grand classique…

ZERO DE CONDUITE (Jean Vigo) :

Grand classique ! Je ne pourrais pas en dire plus, ça fait partie des grands films qui m’ont nourri aussi à la Cinémathèque Algérienne, parce qu’on y voyait, bien entendu, beaucoup de films venant de la Nouvelle Vague, des films Néoréalistes Italiens, les films aussi des pays de l’Est, etc. Donc, on a vu tous ces films-là… Dans les films qui m’ont marqué sur l’enfance, si on continue un peu cette liste-là, je dirais plutôt Vittorio De Sica et Le voleur de bicyclette.

EN ATTENDANT LE BONHEUR (Abderrahman Sissako) :

Excellent. Excellent film, j’adore le cinéma d’Abderrahman, emprunt de beaucoup de poésie, avec un vrai regard sur l’Afrique, complètement décalé, complètement déstructuré et c’est ça que j’aime.

Propos recueillis par Jenny Ulrich

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s