[cinéphilie :] Gaspar Noé

7 Mai

Movie trip.

Enter the void erre dans les salles depuis le mercredi 5 mai. Grand vertige… de l’amour ! Enter the void est déjà le plus beau film d’amour de l’année. Bien sûr, il y a tout le reste : la caméra subjective, la beauté des images, la réputation sulfureuse de Gaspar Noé, des scènes chocs, un générique dingue, des boursouflures, des références. Enter the void est un voyage auquel on choisit de prendre part ou pas. Pour le meilleur ou pour le pire.

Nous parlerons de Enter the void dans la prochaine émission de Cutlaradio (en ligne le samedi 15 mai). En attendant, Gaspar Noé nous livre ses souvenirs et/ou impressions des films suivants. A mille à l’heure.

LA DAME DU LAC (Robert Montgomery)

Je l’ai découvert un peu par hasard dans une séance de cinéma de minuit, après avoir pris des champignons dans l’après-midi. Un pote avait des champignons, et moi j’en voulais. C’était pas du tout un dealer, mais je lui en avais pris et on avait passé l’après-midi dans les Buttes-Chaumont ; et là, j’imaginais tout le présent, futur et passé des gens, et puis c’était dingue, hyper spirituel… Ca plus le soleil ! Du coup j’étais crevé, j’avais des déformations visuelles. Je voulais rentrer chez moi, j’ai pris le métro, j’avais des crises de fou rires et des crises émotionnelles. Je pleurais des larmes et des larmes, mais sans m’en rendre compte. De l’eau coulait de mes yeux sans que j’éprouve de tristesse particulière ! Bon là, je rentre chez moi, je mange quand même un truc même si bon… Et j’allume la télé. Et là, je vois La dame du lac. Je me dis : « wouah, c’est trop bien, c’est ça le cinéma du futur, les films en caméra subjective, pourquoi il n’y en a pas plus ? » En plus, je regardais ça sur une petite télé donc ce n’était pas aussi puissant qu’au cinéma. J’avais 22 ans, peut-être moins même. Alors peut-être que Enter the void est lié à cette journée de champignons + La dame du lac. L’autre grande référence, c’est Strange days. Je pense que les films en vision subjective sont l’avenir du cinéma. Pour en avoir fait un, je sais maintenant les choses à améliorer, et d’autres pourront le faire par rapport à ce que j’ai fait. Moi je pense que dans mon film, les plans sont parfois presque trop stables !

D’AUTRES MONDES (Jan Kounen)

Jan Kounen est un grand ami. C’est quelqu’un avec qui j’ai partagé de grands moments psychotiques, de fous rires et de peurs. Des grands délires de vodka à Helsinki, mais aussi des voyages  qu’on appelle initiatiques au Pérou où l’on a pris de l’Aya Huesca – une boisson qui contient du DMT – et qui est à la racine de Blueberry et aussi de mon film. D’autres mondes, je m’attendais à être dedans car je savais que j’avais été filmé en infrarouge en train de consommer cette plante ; je me demandais si j’allais me voir en train de bien triper ou mal triper. Mais j’ai toujours bien tripé sous Aya Huesca, même si c’est une plante costaude et qui n’est pas conseillée à tout le monde, et pas en toutes circonstances. Quand tu prends de l’Aya Huesca, ça dure 6h et t’as l’impression que ça en dure 24. Mais quand tu vois un film, ça dure 1h30, ou 2h30 dans mon cas, c’est quand même un jeu moins dangereux ! Mais c’est sûr que pour les gens psychorigides, 2h30 ça peut paraître too much. Et pour ceux qui aiment perdre le contrôle, ça peut ne pas être assez. Il y a dans Blueberry et D’autres mondes des images très précises, une vraie vision du monde. Il y a des gens qui filment bien l’état éthylique, d’autres la vision du monde sous cocaïne, celui-là capte bien l’Aya Huesca. La particularité de cette plante est aussi de te conduire aux chamans. Mais moi, je n’ai jamais trop suivi cette voie, j’ai une éducation qui n’est pas du tout religieuse, je ne cherche pas de guide religieux ou spirituel. D’ailleurs, je ne crois pas du tout à la spiritualité, mais plutôt à la matérialité, au matérialisme.

LUMIERE SILENCIEUSE (Carlos Reygadas)

J’adore le plan de début et de fin. Mais le film de Reygadas qui m’a produit un vrai grand bonheur, c’est Bataille dans le ciel. Mais j’aime bien le virage à 180 degrés qu’il prend pour faire Lumière silencieuse. Mais Bataille dans le ciel est un grand film, que j’aime revoir. Ca me parle plus, peut-être aussi parce que je suis latino-américain. Je suis moins touché par Lumière silencieuse, mais qui me plaît car c’est un film ovni et c’est rare de voir des films ovnis. Le plan sur le ciel, à la fin de Lumière silencieuse, m’a marqué pour très longtemps !

AVATAR (James Cameron)

Je ne m’attendais pas du tout à aimer ! Je n’avais pas aimé la bande-annonce, je n’avais pas aimé l’affiche. J’y suis allé parce que c’était les vacances et je me suis dit : « allez, j’ me fais un film en 3D. » Mais je partais vraiment pour ne pas aimer, avec un état d’esprit condescendant. Malgré l’aspect très manichéen, ce côté film à la Miyazaki en 3D, certaines scènes hallucinogènes… Ca m’a touché. J’ai pleuré deux fois dans le film, sur des scènes très belles, comme celle où l’arbre brûle. C’est un vrai film à grand spectacle, sur lequel j’ai des réserves mais qui ne sont pas plus intéressantes que ça. C’était un bonheur de le voir, et ce film donne à penser que la 3D a un avenir. Même si je ne pense pas que la 3D ait un grand avenir. Ce sera davantage un cinéma holographique, quand il pourra se mettre en place.

Propos recueillis par Romain Sublon

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s