[agitation :] Béatrice Merkel

2 Juin

A l’origine de ce coffret de cinq livres, un projet tout ce qu’il y a de plus oulipien. Cinq auteurs (François Bégaudeau, Joy Sorman, Pierre Alferi, Christine Montalbetti et Stéphane Bouquet) choisis par Thierry Lounas (producteur chez Capricci, qui édite cet ouvrage) doivent écrire une nouvelle avec la contrainte d’adopter un personnage commun – dont le portrait est déjà bien brossé. Ainsi vont les cinq vies de Béatrice Merkel ; femme d’âge mûr (45/50 ans) qui exerce la profession de conseillère clientèle dans une banque et dont on peut dire qu’elle est une femme de droite. Sa langue maternelle n’est pas le français : elle est d’origine allemande. Elle a été mariée, mais elle a divorcé. Elle n’a pas d’enfant. Elle est célibataire et vit avec son chien. Béatrice Merkel habite le XIIIe arrondissement de Paris, près de la place d’Italie.

La deuxième étape, celle qui fait sens et donne corps à ce projet très vite fascinant, est la soumission de ces cinq nouvelles à cinq cinéastes (Patricia Mazuy, Noémie Lvovsky, Albert Serra, Caroline Champetier et Claire Denis). Comment ces étranges personnes, celles qui font du cinéma, plaquent-elles des images sur des mots ? Comment ces malaxeurs de son et de lumière traduisent-ils la description d’un lieu ? Comment, enfin, font-ils de la trame d’un récit un geste cinématographique ? Le très beau coffret, chaque petit livret a droit à sa couleur flashy, se propose d’y répondre. Ce pourrait être un essai sur comment transformer un texte littéraire en film.

Ils sont donc cinq couples : Bouquet / Denis, Sorman / Lvovsky, Bégaudeau / Mazuy, Alféri / Serra et Montalbetti / Champetier. Cinq couples passionnants puisque tous très différents.

Le couple Bégaudeau / Mazuy, qui signe Et dormir, est parfait dans le sado-masochisme. Bégaudeau prend soin de ne jamais tendre la main à son prochain ; sa nouvelle n’offre que peu de perspectives cinématographiques à Mazuy. Alors, la cinéaste se rebiffe, se rebelle et n’hésite pas à taquiner Bégaudeau dans un dialogue savoureux et parfois destructeur. A l’image de ce qu’ils font de Béatrice Merkel ; un être d’autodestruction. Parce que de droite ?

Ce qui prévaut dans le couple Sorman / Lvovsky (Déontologie, avec en guest star Emmanuelle Devos), c’est la compréhension d’un personnage ; quels sont ses mouvements, ses mots, ses tics, son histoire, sa complexité. Ici, Béatrice Merkel est tiraillée par l’amour du travail bien fait et sa triste condition de banquière. On apprend aussi beaucoup, dans cette discussion à trois, sur les us et coutumes du cinéma. Enfin, c’est peut-être la fin la plus surprenante des cinq histoires.

Avec Enchère, le couple Alféri / Serra est le plus opaque. La nouvelle ne semble être adressée à personne, surtout pas au lecteur.  Ce n’est pas un problème en soi, mais ça le devient quand au fil de la lecture, c’est même un sentiment d’exclusion qui prend le dessus. La question qui se pose « un échange est-il possible ? » reste sans réponses. D’ailleurs, Serra commence par demander : « Quel est l’intérêt de cette histoire pour le cinéma ? » Très belle ouverture… Jamais exploitée ! Ne reste plus qu’un cours théorique sur le cinéma et ses différences avec la littérature.

Hold up, la production du couple Montalbetti / Champetier est si descriptive qu’elle devient très vite terriblement ennuyeuse.

Enfin, Beat (le meilleur titre) est l’œuvre du couple Bouquet / Denis. Par rapport à l’exercice imposé, c’est la proposition la plus réussie et la plus excitante. Le souci de trouver des solutions de mise en images est permanent chez Claire Denis. Et la matière que lui propose Stéphane Bouquet est d’une grande richesse. Beat, belle proposition fragile.

La troisième étape de ce projet, le tournage d’un film à sketches sur Béatrice Merkel, est en attente de financements.

Romain Sublon

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s