[dvd :] MOTHER – Bong Joon-Ho

10 Juin

Mother - DVD

Après son fameux The Host, Bong Joon-Ho était évidemment attendu au virage… euh… au tournant. Son film de monstre était parvenu à faire souffler un vent de fraîcheur sur le genre, et même à séduire non seulement le public, mais aussi l’ensemble de la critique, ce qui n’est pas rien. Mother en anglais, ça veut dire mère en français et la mère du titre, c’est celle de Do-Joon, un jeune garçon un brin simplet, voire carrément attardé, qu’on accuse du meurtre d’une jeune fille. La police, voyant en Do-Joon le coupable idéal, classe rapidement l’affaire. La mère de Do-Joon, ne pouvant imaginer son fils capable d’un tel acte, est prête à tout pour prouver son innocence.

Alors que l’on ne s’y attend pas du tout, le film, qui débute pourtant par une scène d’entrée intrigante et plutôt poétique, enchaîne dans le burlesque, avec cette virée au golf qui tourne au grand n’importe quoi. Puis le film se transforme en un véritable thriller ; mais attention, cela ne signifie pas que  Bong Joon-Ho sombre dans le déjà vu ! On reconnaît rapidement sa patte, puisque comme dans Memories of murder, ou même dans The Host, le réalisateur mélange les genres. Comme dans ces deux films aussi, les autorités nous sont décrites comme incompétentes, et sur fond d’enquête, le réalisateur en profite pour montrer une Corée entre deux eaux, à peine remise de tous les chambardements du passé, comme vivant au ralenti.

Les acteurs sont magnifiques, et malgré ce mélange des genres imposé par leur réalisateur, ils errent avec classe dans ce thriller tragico-burlesque, aux rebondissements nombreux, et vraiment inattendus. On peut se demander si Bon Joon-Ho n’a pas été une maman dans une autre vie, tant il retranscrit brillamment à l’écran ce qu’impose et peut provoquer le statut de mère. Tant pis si vous l’oubliez dans l’instant, mais je me dois de vous donner au moins le nom de l’actrice qui joue cette fameuse Mother : Kim He-ja, absolument géniale en maman possessive, protectrice, folle ?… Comme chez James Gray, on atteint par moment une profondeur vertigineuse, et l’on flirte parfois ici aussi, avec la tragédie grecque. Tiens, ça tombe bien que je parle de James Gray, car même si je l’ai déjà signalé par ici,  je le redis, car Mother le confirme : Bong Joon-Ho est bien l’un des tous meilleurs réalisateurs actuels (du monde !), au même titre que l’américain.

Les boni : (Qui dit encore « les boni », qui ?!…)

– Un making-of ponctué d’extraits d’interview du réalisateur, des comédiens, du producteur, etc…  Du-cinéma-en-train-de-se-faire, et un éclairage sur le fonctionnement de ce (grand) réalisateur, et sur ces acteurs, peu vus par chez nous ; on y apprend notamment que Kim He-ja est une actrice très connue en Corée, et d’ailleurs déjà assimilée à un rôle de mère, bien avant Mother. Que du bon.

Mother & Bong Joon-Ho : Une analyse du film, et même de l’œuvre de Bong Joon-Ho, par le critique Jean-François Rauger, qui officie au journal Le Monde. Le critique revient notamment sur les scènes marquantes du film, et y apporte son point de vue éclairé. Ma foi plutôt intéressant.

– Une bande-annonce : un montage court mais très « teasant », d’extraits du film. Une bande-annonce quoi !

Marcel Ramirez

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s