[dvd :] HI MOM! – Brian de Palma

5 Juil

Ed. Carlotta

Une édition isolée d’Hi Mom ! de Brian de Palma apparait comme un choix singulier de l’éditeur Carlotta. En effet, le film s’intègre logiquement dans un dytique avec Greetings, réalisé quelques années plus tôt. Le cinéaste reprend ici le personnage de Robert de Niro, vétéran du Vietnam, mais le place cette fois au cœur de l‘histoire. Il aurait donc été intéressant de revoir les deux pendants du récit. Mais à choisir, on pourra aisément conclure à l’intérêt supérieur d’Hi Mom !

Le film se situe en effet à la jonction des influences et des ambitions du cinéaste. Dans les années 60, Brian suit le mouvement : il fait un cinéma libertaire, politique, cultive l’approximation et l’improvisation. Avec ce personnage d’ancien combattant perdu dans un New York foutraque, De Palma expose ses obsessions, à savoir l’image au fil des différents supports, et le voyeurisme. Il n’a jamais caché que cette fascination pour l’observation impuissante et jouissive était née avec le film Zapruder (la fameuse séquence de l’assassinat de JFK). Ce métrage amateur en 8 mm marque en 1963 la conscience de l’Amérique, et le cinéaste en herbe.

Ainsi, le personnage de Robert de Niro, qui tente de professionnaliser son voyeurisme, apparait comme une extrapolation de Brian De Palma. Celui-ci use de tous supports pour observer et dévoiler. Ce principe se retrouvera tout au long de ses quarante ans de cinéma. De Palma assume l’image, peu importe son origine. Il peut s’agir des caméras de surveillance d’un casino dans Snake Eyes, d’une vidéo des ravisseurs dans Redacted.

Ce que le cinéaste délaissera très vite, c’est le récit débonnaire et improvisé. Trois ans plus tard, avec Sisters, il entame une œuvre miroir avec Alfred Hitchcock. Cette phase prendra fin en 1984 avec Body Double, mais le cinéaste ne se départira plus jamais d’un cadre narratif strict.

Hi Mom ! est ainsi une curiosité roublarde, l’adieu aux sixties d’un cinéaste qui peinait jusque là à épanouir son cinéma, et l’une des premières apparitions d’un comédien phare de cette fin de siècle. De Niro, en roue libre, se grime et s’amuse. Il est intéressant de noter qu’il jouera quelques années plus tard un autre marginal perdu dans New York, dans un film écrit par Paul Schrader et qui devait en premier lieu être mis en scène par Brian De Palma. Ce dernier, qui s’exprime alors pleinement dans le thriller horrifique, dirigera le scénario de Taxi Driver vers Martin Scorsese.

L’édition Carlotta d’Hi Mom ! bénéficie d’une introduction de Samuel Blumenfeld, auteur en 2001 d’un fantastique livre d’entretiens avec De Palma, paru aux Editions Calmann Levy.  Pour ceux qui voudraient prolonger l’expérience, le DVD offre en complément une analyse pertinente de Jean Douchet, qui vous parlera bien mieux que moi de voyeurisme.

Greg Lauert

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s