[dvd :] JEAN ROUCH – UNE AVENTURE AFRICAINE

8 Août

éd. Montparnasse

La sortie du coffret DVD Jean Rouch -Une aventure Africaine remonte au début de l’année 2010 déjà, mais si ce n’est que maintenant qu’il se trouve ici chroniqué, c’est qu’il est passé entre d’autres mains avant de m’échoir. De quoi je déduis que 1/ l’idée de découvrir les films de Jean Rouch attire, puis 2/ les voir effectivement, en parler ensuite, ne relève pas du même élan… Hum… Et maintenant, par quel bout commencer ?

D’abord, disons qu’il ne s’agit pas à proprement parler de films documentaires, mais de documents cinématographiques ethnologiques. Je ne saurais pas forcément, là, en quatre lignes, expliquer la différence, mais il me semble qu’elle existe et qu’elle compte. Jean Rouch (« un des père fondateur du cinéma-vérité » dit-on souvent de lui), dans les pas des ethnologues Marcel Griaule, puis Germaine Dieterlin, grâce à leur collaboration, s’intéresse aux rites, coutumes et savoirs de certaines régions de l’Afrique Noire, et ce depuis son tout premier film (Au pays des mages noirs, tourné au Niger en 1947), jusqu’à sa mort en 2004…

Le coffret Jean Rouch -Une aventure Africaine se compose de 4 DVD et je dirais qu’à part le dernier disque, amusant, mais anecdotique (une pub de 25 minutes pour Volkswagen, VW voyou, et la description d’un « sport » absurde qui traîne un peu en longueur, Foot Girafe -20 minutes), il vaut mieux aborder le visionnage dans l’ordre proposé par l’éditeur.

En tout cas, je déconseille de faire comme moi et de voir Sigui synthèse (1967-1973). L’invention de la parole et de la mort, en premier car cette somme de 2h cosignée par Jean Rouch et Germaine Dieterlin n’est une synthèse que pour qui a déjà les bases pour la comprendre ! Pas de panique cependant, ces bases sont gracieusement fournies dans le disque n°2 ainsi que dans les compléments du n°3 (où se trouve la fameuse synthèse). À ce titre, Enigmes de Sirius de Jérôme Blumberg et Jean-Marc Bonnet-Bidaut, est particulièrement clair et intéressant : un astrophysicien s’y étonne du savoir ancestral qu’ont les Dogons de l’étoile Sirius, étoile qui est au cœur de leur cosmogonie et dont ils ont déduit depuis longtemps des choses que seule l’avancée technologique a permis de démontrer ensuite…

Mais voilà que je re-commets l’erreur de vouloir mettre la charrue avant les bœufs ! Le Sigui, c’est quoi ? En gros c’est une cérémonie propre au peuple Dogon habitant dans les falaises de Bandiagara, au Mali. Le rituel du Sigui revient tous les 60 ans et s’échelonne sur sept années (c’est ce qu’ont découvert Rouch et Dieterlin en faisant le film), avec des variantes selon les villages qui l’accueillent successivement (en fait ce sont des étapes distinctes). On y célèbre le début de la création tout de suite saccagée par le Renard pâle, maître du chaos à qui l’on n’en veut pas pour autant. La parole et la mort sont liées, les masques et les esprits et… Et je m’arrête là parce que je vais dire des bêtises en voulant faire court alors que c’est très bien expliqué sur la longueur, notamment dans le film de Luc de Heusch, Sur les traces du Renard pâle – Recherches en pays dogon 1931 – 1983… Ce que je peux avancer par contre, c’est qu’il y a quelque chose de vraiment fascinant et excitant –magique- à découvrir la complexité, la richesse, la subtilité de ces rites… Même si ça se mérite un peu, parce que tout ce qu’on observe dans le coffret n’est pas forcément toujours trépidant… Mais il y a des pépites un peu partout, il suffit d’être à l’écoute, patient et attentif

Le premier disque du coffret, quant à lui, peut éventuellement, comme le dernier, se voir à part puisqu’il concerne davantage le début de la carrière de Jean Rouch –au passage, il n’était pas encore un très bon narrateur et ses commentaires ont un ton emphatique qui peut agacer. Là ce n’est pas (ou peu) au Mali que l’on est, mais essentiellement au Niger. Pour ma part, je ne mettrai, arbitrairement, que deux films en avant (en tant qu’indécrottable spectatrice nourrie aux belles mamelles du cinéma d’exploitation) : Circoncision (tourné au Mali en 1949 et dont on retrouve des images dans Sigui synthèse) -pas besoin de vous faire un dessin- et Bataille sur le grand fleuve (Niger, 1951) où l’on suit la chasse à l’hippopotame (c’est impressionnant), ainsi qu’en contrepoint une scène touchante entre un bébé hippo et Damouré Zika, l’ami et le collaborateur de Jean Rouch jusqu’à sa mort. Bon, évidemment je retiens ces films-ci, mais ce ne sont pas forcément ceux que citent les connaisseurs… Bref !

Bref donc, je vais conclure par deux choses entendues lors de ce visionnage intensif : « L’ethnologie consiste à se défaire de ses propres systèmes de pensée pour mieux comprendre la pensée des autres ». « Chez les Dogons, le savoir ne se transmet qu’à celui qui le demande ».

Jenny Ulrich

Publicités

2 Réponses to “[dvd :] JEAN ROUCH – UNE AVENTURE AFRICAINE”

  1. Boyan dimanche 8 août 2010 à 111132 #

    Coincidence, je viens tout juste de voir Les maitres fous, de Jean Rouch.

  2. jenny dimanche 8 août 2010 à 111152 #

    Ah oui, celui-là est célèbre, j’en suis assez curieuse car je ne l’ai point vu, mais en ai entendu parler élogieusement (tu confirmes les éloges, Boyan?)…

    J’ai omis de préciser qu’il s’agit du 3e coffret dvd consacré à Rouch par les éditions Montparnasse, « Les maitres fous » est sur le premier, celui qui me manque…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s