Ces films dont on ne vous parle pas (épisode 8)

30 Août

// JUGE COUPABLE – Clint Eastwood //

L'avenir du cinéma américain.

Eastwood a intégré le panthéon des cinéastes « classiques » au début des années 90. Avant de dresser un parcours quasi irréprochable dans les années 2000 (oublions Créance de sang…), il a bouclé la décennie précédente en alternant films majeurs et oeuvres récréatives.

Jugé coupable est un petit film d’investigation, passé totalement inaperçu dans sa filmographie, mais qui a le mérite de se trouver à la jonction de toutes les sensibilités. Clint y incarne un journaliste en bout de course, décidé à innocenter en quelques heures un condamné à mort.

S’il ne joue pas le lone gunmen comme à son habitude, l’acteur réalisateur cultive bien la rebellion et la solitude.  L’icône Eastwood phagocyte tous ses personnages, qu’ils soient flics, journalistes, ou astronautes. Il est Clint, vieux, usé, mais fascinant. Ridicule, quelque part…. Parce que la distance et l’humour n’ont jamais été étranger à son oeuvre. Jugé Coupable ne déroge pas à la règle. Lorsque Eastwood rencontre James Woods et Denis Leary, deux autres fortes gueules, le film tutoie la comédie. Lorsqu’il revient sur le cas du condamné à mort, sur le dernier jour d’un innocent, le film cotoie les sommets du mélodrame. Lorsqu’il mène son enquête, le polar domine, et révèle les quelques faiblesses de l’intrigue. Mais peu importe, Clint est le seul maître à bord du navire Eastwood. Il creuse un sillon particulier et fait un cinéma immédiatement reconnaissable, évident, parfois maladroit, mais toujours sincère.

Jugé Coupable n’est pas ce bloc d’émotion qui vous submerge à la manière d’un Mystic River ou d’un Changeling. C’est un trait d’union dans une filmographie, le pas en avant d’un cinéaste en perpétuelle évolution, malgré les années. C’est une étape dans le requiem de l’homme sans nom, entamé avec Impitoyable, clos avec Gran Torino.

Il faut revoir ce film, parce qu’il ne faut pas perdre une miette de cette parenthèse enchantée dans la carrière d’un géant. Il a fait mieux, vous dira-t-on. Mais le propre des grands cinéastes, c’est peut être de savoir se reposer avec les très bons films.

Greg Lauert

A savoir : la fille du personnage d’Eastwood dans le film, promenée à grande vitesse dans le zoo, est sa véritable fille, Francesca Fischer Eastwood, née en 1993. Elle n’a joué dans aucun autre film de son père.

Fiche technique : JUGE COUPABLE de Clint Eastwood / 1999 / 127 minutes / 1.85 : 1 / Clint Eastwood, James Woods, Denis Leary, Isaiah Washington

Publicités

Une Réponse to “Ces films dont on ne vous parle pas (épisode 8)”

  1. rock mardi 31 août 2010 à 221014 #

    Encore un titre à rajouter dans l’interminable liste des films à découvrir…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s