[cinéphilie :] Apichatpong Weerasethakul

2 Sep

Apichatpong Weerasethakul, réalisateur de Oncle Boonmee (en salles depuis le 1er septembre), nous livre ses souvenirs et/ou impressions des films suivants.

2001 : L’ODYSSEE DE L’ESPACE (Stanley Kubrick)

Je ne me souviens plus exactement de la première fois que j’ai vu le film. Je me souviens l’avoir vu en VHS quand j’étais au lycée. Ca ne m’avait pas plu et il s’est retrouvé très longtemps sur une étagère. Je l’ai revu ensuite quand j’étais étudiant en architecture et ce fut une expérience totalement différente. Le film m’a fait pleurer deux fois. D’abord avec HAL, l’ordinateur, puis pendant la scène de trip. J’aurais voulu que ça ne s’arrête jamais. D’une certaine manière, j’étais à la place du personnage, transporté dans ce maelström de couleurs. C’était une expérience très puissante. C’est quelque chose que je ne peux pas exprimer avec des mots. D’une certaine manière, je me suis senti déconnecté du film quand la scène s’est terminée, quand le personnage se retrouve dans la pièce blanche. Je n’ai pas besoin de cette scène ainsi que ce qui suit. Je pense que le film aurait pu se finir avec le trip cosmique, qui était pour moi une grande révélation. C’est très abstrait et quand le film redevient plus physique, je suis déçu.

APOCALYPSE NOW (Francis Ford Coppola)

Le vert, je pense beaucoup à la couleur verte. La seconde partie du film m’attire plus. Quand ils prennent le bateau, quand ils voient le tigre. D’une certaine manière, j’ai envie qu’ils n’atteignent jamais leur objectif. Ils pourraient voyager sans fin. C’est quelque chose à la fois calme et en même temps assez menaçant.

RING (Hideo Nakata)

Est-ce que je l’ai vu ? Ah oui, je m’en souviens. Je n’aime pas ce film. Je ne me souviens que de certaines scènes. Je n’aime pas trop dire du mal d’autres films. Je ne me sens pas très proche de ce film. Cette règle de la cassette qui tue au bout d’une semaine est un peu stupide. Tout cela pour faire un commentaire sur la société, sur le rapport à la télévision ? C’est un peu dur pour moi de parler de ça.

TROPICAL MALADY (Apichatpong Weerasethakul)

C’est un film que je n’ai pas envie de revoir car il a été synonyme de douleur. Pendant le tournage ce fut très dur. Mon père venait de mourir. Le montage financier du film était très difficile. La relation que je vivais aussi. J’ai mis toute cette énergie négative dans le film. Pour moi, même les scènes romantiques sont tristes. J’étais très en colère au moment du tournage. Je tentais de gérer tout en même temps, le deuil, la confusion de ce tournage. Je me souviens que pour les scènes nocturnes j’allais vers quelque chose de toujours plus sombre ce qui a entraîné des conflits avec le directeur de la photographie qui ne voulait pas dépasser certaines limites. Pour moi, le film reflète cet état d’esprit. Je ne sais pas si c’est négatif, mais en tout cas c’est très sombre. C’est à l’opposé de Syndromes and a Century. L’un est noir, l’autre est blanc.

Cut : Est-ce que le tournage d’Oncle Boonmee a été plus joyeux ?

Ce sont des sentiments mélangés plutôt. Le tournage a été difficile, mais j’étais heureux sur le tournage. Les problèmes étaient stimulants d’une certaine façon. C’est mon film le plus narratif. C’est un hommage aux films anciens, avec une forme plus linéaire, un rythme plus lent, une certaine forme de naïveté. Pour moi c’était un défi de me retrouver dans une logique de tournage plus classique : des successions de champs, contre-champs, gros plans, plans américains… Ce n’est pas vraiment mon style. J’ai appelé le producteur au début du tournage pour lui dire que je ne savais pas trop ce que je faisais. Je ne savais pas si je tournais un bon film. En tout cas c’était une aventure.

Publicités

2 Réponses to “[cinéphilie :] Apichatpong Weerasethakul”

  1. Boyan dimanche 5 septembre 2010 à 70742 #

    Bravo FX.

    Tu t’étais déjà entraîné à remarquablement prononcer son nom; maintenant tu arrives même à l’écrire !

  2. FX lundi 6 septembre 2010 à 121246 #

    Il ya bien plus compliqué que ça à prononcer parmi les noms thaïlandais du cinéma contemporain. Sinon, quand te revoit-on ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s