Ces films dont on ne vous parle pas (épisode 29)

24 Jan

// KEKEXILI MOUNTAIN PATROL – Chuan Lu //

Sofia Coppola s'éclate.

Une milice civile pourchasse des braconniers au sein du plus grand désert de Chine, à près de 5 000 mètres d’altitude. Dans cet univers hostile, qui n’a pas le statut de réserve naturelle, ils tentent de sauver l’antilope du Tibet, traquée pour sa fourrure. Un journaliste aventureux se joint à cette patrouille désespérée. Kekexili est le nom de cet immense désert aux abords du Tibet, une zone parmi les moins peuplées de la planète. L’univers est hostile : les personnages sont confrontés aux sables mouvants, à la neige, aux risques d’œdèmes pulmonaires. Il défendent une espèce. Pourtant, ils ne sont investis d’aucune fonction, n’ont aucune légitimité. Ils ne peuvent emprisonner les braconniers, et ne font que confisquer le butin. Mais ils risquent leur vie, au bout du monde.

Mountain Patrol se rapproche d’un western en confrontant l’homme à sa solitude, à l’espace, à la terre vierge. A l’aube du XXIème siècle, ces territoires inexplorés apparaissent comme un ultime Far East. Là bas, les valeurs se déplacent.

Un colonel de l’armée tibétaine à la retraite traque un ennemi invisible. Il le rejoint à la limite d’une immense chaine de montagnes. L’ennemi et la nature se confondent perpétuellement. Les braconniers sont une sorte de chimère, une entité en mouvement, peut être en fuite. La patrouille se dissout dans sa quête. Même la mort n’est pas un frein à la volonté de cette poignée de kamikazes. Et pour parvenir à leurs fins, ils usent de méthodes condamnables, revendant par exemple les peaux saisies. Leur univers n’a pas de cadre légal. La morale se construit chaque jour, sur le fondement du rapport à l’immensité, au désert, à la nature.

Chuan Lu, jeune cinéaste chinois, raconte une histoire vraie. Il tourne sur les lieux même de l’action. Filmer ailleurs, ce serait mentir, ce serait faire injure au courage des pionniers et des patrouilleurs. Le spectateur doit prendre la mesure de cette vaste zone de sécheresse dont l’altitude excède largement celle de notre Mont Blanc. Personne n’avait encore posé la caméra en ces lieux.

Mais le réalisateur n’officie pas pour National Geographic. Il s’emploie à conter le quotidien de ces hommes, leur connivence, leur tendresse. Il s’attarde un peu sur ses destins brisés aux confins de la Chine. Il s’attache à leur poétique déraison. A leur folie ? Je suppose que si l’on interrogeait les protagonistes du récit, ils diraient que la véritable folie, c’est de ne pas vivre selon ses propres règles.

Greg Lauert

A savoir : pour son dernier film, City of Life and Death, Chuan Lu met à nouveau en scène une histoire vraie.

KEKEXILI Mountain Patrol de Chuan Lu // 2004 // 2.35 : 1 // 85 minutes // Avec Duobuji, Zhang Lei, Liang Qi, Xueying Zhao

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s