[cinéphilie :] Burhan Qurbani

26 Jan

« Votre première communion filmée par l’oncle Roger ???? Pas vu, non... »

Burhan Qurbani (réalisateur) était à Strasbourg pour présenter son premier long métrage, Shahada (sortie le 26 janvier 2011). Shahada, c’est l’histoire, à Berlin, de trois jeune musulmans confrontés à leur rapport à la religion et/ou à Dieu suite à une crise importante : avortement, bavure, homosexualité… La culpabilité qui mine chacun des personnages sert de moteur à ce film qui privilégie l’action plutôt que l’introspection. Burhan Qurbani, très disert lors de « l’entretien minuté » (à écouter sur le site des cinémas Star), sèche complètement face aux titres choisis pour la Cinéphilie : zut, mauvaise pioche ! –Parce qu’il semble pourtant évident, après discussion plus poussée, qu’il s’intéresse au cinéma, tous genres confondus. D’ailleurs, saurez-vous reconnaître la scène ouvertement piquée à un film de Spielberg dans Shahada ?

Bref, voici tout de même les brèves réactions de Burhan Qurbani (très pince sans rire) aux titres suivants –avec nos fidèles Irréversible et Le fabuleux destin d’Amélie Poulain ressortis en bout de course, en désespoir de cause !

LES DIX COMMANDEMENTS (Cecil B DeMille) :

Je ne connais pas ce film, je ne connais que le Décalogue de Kieslowski.

LA PASSION SELON SAINT MATHIEU (Pier Paolo Pasolini) :

Je ne l’ai pas vu, honte sur moi.

MY BEAUTIFUL LAUNDRETTE (Stephen Frears) :

Je n’ai pas vu ce film, mais j’adore Kureishi (NDLR : l’écrivain dont le livre est adapté par Frears). Je connais un peu son travail et j’admire vraiment sa façon de travailler l’intime. C’est un romancier fabuleux.

BABEL (Alejandro Gonzales Inarritu) :

Terrible. J’étais si impatient de voir ce film… J’adore Amours chiennes et j’adore 21 Grammes. Mais Babel… Je crois que je suis allé aux toilettes cinq fois durant le film.

POSTAL (Uwe Boll) :

Uwe Boll ? Ce n’est pas un réalisateur particulièrement trash ? J’essaye d’éviter de regarder des trucs trop trash.

IRREVERSIBLE (Gaspar Noé) :

Fantastique. Ça fait un moment que je veux voir Enter the Void aussi, mais je n’en ai pas encore eu le temps. Ce n’est pas un film facile, mais ça vous explose la cervelle.

LE FABULEUX DESTIN D’AMELIE POULAIN (Jean-Pierre Jeunet) :

Bon, là vous vous foutez de ma gueule.

Propos recueillis et traduits de l’anglais par Jenny Ulrich

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s