[cinéphilie :] Thierry Klifa, Nicolas Duvauchelle et Jean-Baptiste Lafarge

24 Mar

Rosy Varte a enfin un rôle à la mesure de son talent.

Thierry Klifa (réalisateur), Nicolas Duvauchelle et Jean-Baptiste Lafarge (acteurs) étaient à Strasbourg pour présenter Les yeux de sa mère, le troisième film de l’ex-critique de Studio Magazine. Un grand mélodrame, qui ose tout (et c’est à ça qu’on les reconnaît). Histoires de famille, amours qui se croisent, accidents, trahisons et pêchés d’orgueil. Au début, ça va vite, c’est assez surprenant. Puis après, ça traînasse et ça devient pesant. Précision : le début dure dix minutes, peut-être quinze. Le film, lui, 1h45.

Nous parlerons de Les yeux de sa mère dans la prochaine émission de Cutlaradio (en ligne le samedi 2 avril). En attendant, Thierry Klifa, Nicolas Duvauchelle et Jean-Baptiste Lafarge nous livrent leurs souvenirs et/ou impressions des films suivants.

EVE (Joseph L. Mankiewicz)

Nicolas Duvauchelle : Vas-y Thierry, je t’en prie…

Thierry Klifa : Ok j’ai compris… C’est un de mes films préférés. L’une des premières apparitions de Marylin, Bette Davis qui est absolument géniale. Le rapport entre les deux femmes est très troublant. On a beaucoup parlé de ce film au moment de la sortie de Black Swan. J’y vois moins un rapport avec mon film, à part sur la Société du spectacle. Et puis si, vous avez raison, il y a aussi un rapport avec l’intrusion d’un personnage dans la vie d’un autre. Sauf que là, le personnage joué par Nicolas Duvauchelle ne veut pas prendre la place de Catherine Deneuve.

N.D : J’ai vu Bienvenu chez les ch’tis par contre !

T.K : Par rapport au personnage de Nicolas, j’avais davantage pensé au film Le gouffre aux chimères (de Billy Wilder). Un film extraordinaire.

TOUT SUR MA MERE (Pedro Almodovar)

N.D : Pas vu…

Jean-Baptiste Lafarge : Celui-là je l’ai vu.

T.K : Tu veux commencer à en parler ?

J-B. L : Non c’est bon, vas-y.

T.K : J’adore Almodovar. Je n’ai jamais voulu faire du Almodovar. J’aime son goût pour le mélodrame, sa fascination pour les actrices, son jeu avec la célébrité et l’anonymat. Bon, il y a effectivement cette scène de l’accident en commun entre mon film et Tout sur ma mère, mais qui ne vient pas d’Almodovar mais de Opening night de Cassavetes.

N.D : Ca j’ai vu.

T.K : Oui. On m’en parle aussi pour le rapport à l’Espagne. J’ai demandé à Marisa Paredes, qui est dans mon film, ce qu’elle pense de ce lien fait entre mon film et le travail d’Almodovar. Parce que je pense qu’il n’y a pas de raison à faire du Almodovar en France. Son cinéma est lié à la movida, à la transgression, à la vie post-Franco. Moi mon film n’est pas transgressif. Je vois plus un lien entre mon film et le travail de Douglas Sirk.

J-B. L : Je ne m’en souviens pas très bien en fait…

N.D : Tu ne l’as pas vu !

J-B. L : Si, mais Thierry a déjà tout dit.

POIDS LEGER (Jean-Pierre Améris)

N.D : Et oui ! Magnifique !!

T.K : Au moins un film que tu as vu.

N.D : En fait non. Tu aimes beaucoup Améris toi, non ?

T.K : Oui, beaucoup. Et puis Nicolas était tout jeune, tout mignon.

LE HEROS DE LA FAMILLE (Thierry Klifa)

N.D : Ah… Magnifique, incroyable… C’est le premier que j’ai vu de toi. Je ne les ai pas regardés dans l’ordre. C’est là que j’ai découvert son travail. C’est un film qui m’a touché et qui m’a donné envie de travailler avec ce monsieur.

T.K : Il y a des thématiques en commun qui me sont chers : la transmission, les secrets de famille. Mais Le héros de la famille est un film différent, un hommage à la comédie des années 50 que j’aurais bien voulu faire en Technicolor. C’est un film baroque dont je suis fier. Et puis ça m’a permis de rencontrer Catherine Deneuve avec qui j’ai nouée une vraie relation d’amitié. On peut s’échanger des points de vue sur des films, des séries américaines ou de la musique. Récemment elle m’a fait découvrir une cinéaste que je ne connaissais pas, Kelly Reichart, dont j’ai beaucoup aimé les films (Old joy, Wendy et Lucy). Je suis très heureux d’avoir rencontré Catherine. A la fête de fin tournage du Héros de la famille, je lui ai avoué que je ne voyais pas comment je pourrais faire un autre film sans elle.

LES CHANSONS D’AMOUR (Christophe Honoré)

T.K : Je vais laisser Nicolas en parler…

N.D : Je n’ai rien à dire sur ce film.

T.K : Moi j’adore.

N.D : Pfff… Je ne préfère pas en parler. Je vais en dire trop de mal.

T.K : Il a du talent.

N.D : J’aime pas.

T.K : Donc à partir de là, on ne peut plus en parler. On ne peut pas argumenter, rien. C’est très ouvert !..

N.D : Je n’ai pas envie de tourner avec lui.

T.K : C’est l’un des réalisateurs français les plus intéressants. Surtout depuis Dans Paris. Il est très proche de la Nouvelle Vague, c’est un cinéaste très émouvant et qui aime s’entourer souvent des mêmes acteurs. J’aime bien ça aussi.

N.D : C’est vrai que c’est un vrai plaisir de se retrouver comme dans une troupe, quand un réalisateur te propose à nouveau de tourner avec lui.

T.K : Quand ça se passe bien, oui. Et puis il faut qu’il y ait un rôle.

N.D : C’est clair, faut de la place. T’es en train de me dire que je ne suis pas dans ton prochain film ? (Et tout le monde rigole. Happy end.)

Propos recueillis par Romain Sublon

Publicités

2 Réponses to “[cinéphilie :] Thierry Klifa, Nicolas Duvauchelle et Jean-Baptiste Lafarge”

  1. Efene Photographiste dimanche 15 janvier 2012 à 130131 #

    Grosse Boulette, je ne vous dit pas Bravo, mettre la photo de Marisa Paredes à la place de Rosy Varte…..!!!

  2. CUT dimanche 15 janvier 2012 à 130137 #

    C’était une blague. La fameuse blague des sosies… Une actrice qui ressemble à une autre et on fait semblant de se tromper… Vous comprenez ?
    Forcément, quand on s’explique une blague, ce n’est pas très drôle. (ce n’était peut-être déjà pas très drôle avant cela dit… Bon faut dire aussi que vous laissez votre message le jour de la mort de Rosy Varte…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s