[cinéphilie :] Samuel Benchetrit

31 Mar

Voir Chez Gino nous fait tous le même effet.

Samuel Benchetrit était à Strasbourg pour présenter Chez Gino (en salles depuis le 30 mars). C’est l’histoire de Gino, un pizzaiolo qui se dépatouille comme il peut pour faire vivre sa famille de branques. Puis, il est rattrapé par son histoire familiale et se retrouve à jouer le parrain de la mafia (belge!) pour récupérer un héritage. Pour donner de la crédibilité à ce subterfuge, Gino commande à un réalisateur de pub (joué par Benchetrit himself, un commentaire ?) un documentaire sur lui. Un film dans le film en quelque sorte. Chez Pizza Hut, une pizza achetée = une pizza offerte. Chez Benchetrit, la promo du mois, c’est deux navets pour le prix d’un. Rien ne fonctionne : les hommages (nombreux) sont lourds, les vannes tombent à plat (sauf, évidemment, deux gags très drôles – il y a toujours quelque chose de bon dans le jambon) et les envolées poétiques sont grotesques. Enfin, à la question « Et Anna Mouglalis, trop elle est bien ou bien dans un rôle comique ? », on optera pour l’élégance d’un silence.

Nous parlerons de Chez Gino dans la prochaine émission de Cutlaradio (en ligne le samedi 2 avril). En attendant, Samuel Benchetrit nous livre ses souvenirs et/ou impressions des films suivants.

LE PARRAIN (Francis F. Coppola)

C’est de l’antiquité tellement c’est puissant. Y a tout ! J’adore ça. J’ai une préférence pour Le Parrain 2. Même s’il me manque Brando, mais y a De Niro. Mais je suis pas fan de Pacino. Ca me rappelle une anecdote : quand ils ont fait Le Parrain 1, ils ont fait une fête de début de tournage. Et Brando, qui était un Dieu pour beaucoup de gens de l’équipe du film, acteurs compris, était très sympa. Et puis, au premier jour de tournage, il n’adressait plus la parole à personne. Et ça a duré tout le tournage. Puis à la fête de fin de film, il est de nouveau super sympa. Puis James Caan vient le voir et lui dit : « Putain mais t’as parlé à personne de tout le tournage, tu nous a snobés. » Et Brando lui répond : « Parce que je suis le Parrain. Il fallait qu’on me respecte, qu’on me craigne. Que je t ‘énerve, que tu me méprises.» C’est fort parce qu’il a tenu le truc tout le long.

C’EST ARRIVE PRES DE CHEZ VOUS (Remy Belvaux, André Bonzel, Benoît Poelvoorde)

Pas vu… Mais non, bien sûr que si ! Je l’ai vu à sa sortie, j’avais adoré, j’ai adoré, j’adore toujours d’ailleurs. Un grand souvenir de liberté. La découverte du phénomène Poelvoorde, en ayant peur de ne plus le voir. Bon après on l’a beaucoup vu… Et puis, il y avait Strip-tease. Moi j’adore Strip-tease, mais les Belges en ont à un moment eu marre de Strip-tease. Tout est très drôle dans C’est arrivé près de chez vous, le petit Gregory, la meuf qui crie « ta mère sucera des bites en enfer »… Et puis c’est un grand film de réalisation. C’est comme pour Blier, on dit toujours que c’est un grand auteur mais c’est aussi un grand réalisateur. Et puis j’ai été très triste d’apprendre la mort de Remy Belvaux. Je suis sûr qu’il a une grande part dans ce film. Et j’aurais aimé voir d’autres films de lui… En revanche je n’ai jamais pensé à ce film en faisant Chez Gino. C’est arrivé près de chez vous dénonce des choses. Moi dans mon film je ne dénonce rien.

ELDORADO (Bouli Lanners)

Bouli c’est un ami. Il a fait ce film juste après J’ai toujours rêvé d’être un gangster. J’avais déjà beaucoup aimé son premier film, Ultranova. On se ressemble lui et moi, dans la façon de faire. Peu d’argent, des tournages joyeux, peu de temps ce qui nous bouffe ! Bouli c’est un cinéaste en puissance. Je me sens proche du cinéma belge, qui est proche du cinéma néo-réaliste italien des années 50, 60, 70. Il y a une grande autodérision, ce ne sont pas des films de riche, c’est plutôt un cinéma vraiment populaire. Le point commun avec Eldorado, c’est Fabrice Adde. C’est un acteur énorme, extraordinaire. Ca a été une superbe rencontre.

J’AI TOUJOURS REVE D’ETRE UN GANGSTER (Samuel Benchetrit)

C’était super de faire ce film. Il y a eu des scènes de grâce sur ce film, comme l’épisode avec Bouli Lanners justement. Tout allait comme je voulais. Et puis j’ai des regrets, sur la scène de fin avec les vieux notamment. Parce que je n’ai pas eu de temps, je n’ai pas assez réfléchi, j’ai dû faire que des plans fixes alors que j’avais imaginé un truc plus nerveux. C’est un peu gâché. On m’en parle beaucoup maintenant de ce film. Y a même des critiques qui m’ont dit ne pas avoir aimé Chez Gino mais avoir préféré Gangster, alors comme moi je suis un enfoiré je suis allé vérifier et ils avaient déjà démoli J’ai toujours rêvé d’être un gangster à l’époque. Avec ces deux films et celui que je vais faire, c’est comme un triptyque sur le cinéma. Et puis Gangster c’était pour moi un beau carnet de croquis, comme un film de fin d’études sans avoir fait d’études. C’est mon vrai premier film d’une certaine façon parce que Janis et John je n’en suis pas content. Pas du tout, du tout, du tout. Je suis content de l’avoir fait, il faut faire des choses, je ne le renie pas et il y a des choses que j’aime dans ce film. Mais  je me suis planté sur le scénario et je me suis fait avoir par l’industrie, de faire moche pour plaire par exemple. Mais Gangster, j’en suis très fier. Et on l’a fait avec une toute petite équipe. Je pense que c’est un film qui vieillira bien.

AFFREUX, SALES ET MECHANTS (Ettore Scola)

Chef d’œuvre. J’avais proposé le rôle de Ben Gazzara à Ettore Scola. Je voulais un réalisateur. J’ai d’abord proposé à Martin Scorsese, qui voulait, qui avait aimé Gangster, mais qui ne pouvait pas. Et j’ai propose à Scola, qui voulait mais qui a refusé parce que il avait peur de se rendre compte à 80 ans qu’il est mauvais acteur ! J’adore Affreux, sales et méchants parce que c’est un film qui rit avec les gens, qui ne les prend pas pour des imbéciles. La fin de mon film est un hommage à Affreux, sales et méchants, jusqu’à mettre un plan avec une petite fille aux bottes jaunes. Quand je voyais ce film petit, avec mon père, j’étais mort de rire !

Propos recueillis par Romain Sublon

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s