[dvd :] ANGELE ET TONY – Alix Delaporte

4 Juin

Ed. Pyramide

Une femme sortie de prison trouve un emploi auprès d’un pêcheur en bout de course qui lui propose de la loger. Elle se sert de cette fragile stabilité pour tenter de renouer avec son fils, qu’elle n’a pas revu depuis deux ans et qui refuse de lui parler. On aurait pu imaginer un traitement hollywoodien de cette histoire, avec Ashton Kutcher dans le rôle du pêcheur et Jennifer Garner. Ils n’ont rien à faire ensemble, tout les oppose et pourtant finissent par s’apprivoiser. Youpi !
Mais Alix Delaporte n’a pas encore commencé de carrière américaine et préfère livrer une comédie dramatique sensible et touchante sur fond de crise économique. Elle a fait confiance à son actrice fétiche, Clotilde Hesme, déjà présente depuis l’époque des courts métrages de la réalisatrice. Grégory Gadebois (Les Ames grises d’Yves Angelo (2005), Pars vite et revient tard de Régis Wargnier (2007)) campe à la perfection un homme solitaire, taciturne, désabusé, mais qui tente quand même d’y croire, parce que tant qu’il y a de la vie…

Clotilde Hesme et Grégory Gadebois.

Alix Delaporte apporte à son sujet une réalisation très sobre, des plans fixes, du son ambiant, une lumière naturelle, un côté néo-réaliste que pourraient revendiquer les frères Dardenne. Avec la présence bienvenue d’un vélo, l’objet de la liberté, de la tranquillité, de la fuite aussi, de la réflexion. Un personnage à part entière dans l’air du temps (Le Gamin au vélo, des mêmes frères Dardenne, Grand Prix du Jury au Festival de Cannes 2011). Jamais naïf, jamais niais, toujours juste dans les relations humaines, le film d’Alix Delaporte séduit de bout en bout, porté par un rythme très proche du réel, qui laisse une belle place aux silences explicites. Un choix qui signe d’ailleurs la qualité du jeu des acteurs, qui effectuent un travail sans filets, sans pouvoir s’appuyer sur un texte ou des facilités de réalisation (musique, dialogue, surabondance de plans, rythme effréné…).

Grégory Gadebois et Clotilde Hesme.

En bonus, une interview séparée de Clotilde Hesme et Grégory Gadebois par Alix Delaporte. Comment naît un personnage ? Quelle liberté laisse un cinéaste aux acteurs ? Comment les acteurs peuvent influencer le scénario pendant le tournage ? Une manière originale d’aborder ce film, qui en dit beaucoup sur les relations personnelles et professionnelles qu’entretiennent les deux comédiens et la réalisatrice : écoute, confiance et réciprocité. On est loin d’une direction d’acteurs dictatoriale.

Franck Mannoni

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s