[dvd :] SOLO POUR UNE BLONDE – Roy Rowland

6 Juil

Ed. Carlotta

Alcoolique et clochardisé depuis la disparition de sa secrétaire et maîtresse Velda, Mike Hammer reprend du service lorsque, appelé au chevet d’un mourant, celui-ci lui révèle que Velda pourrait ne pas être morte, mais qu’il n’a que très peu de temps pour la retrouver vivante…

Mickey Spillane dans le rôle de sa créature, Mike Hammer, ça titille fatalement la curiosité. Pas forcément très bon acteur, le Spillane, mais il était le premier à en convenir. Un physique massif, une confiance en lui à l’épreuve des balles. Pilote de l’US Air Force pendant la deuxième. Écrivain à succès conspué par la critique. Anticommuniste farouche. Témoin de Jéhovah convaincu. Macho man fortement porté sur la bagatelle. Collectionneur d’armes à feu. Artisan de la machine à écrire. Self made man qui se rit des propositions d’Hollywood. Une espèce d’anarchiste de droite et bigot. Un condensé de contradictions qui trône tranquillement sur sa véranda en attendant de voir si sa maison va encore s’envoler. Nonchalant et bravache à la fois.

Masochiste en quête de rédemption aussi. Mike va en baver. Pouilleux et éthylique, il sert de serpillière à son ex-copain Pat Chambers. Il accepte les raclées. Imperturbable. Il sait de nouveau où il va. Il va retrouver Velda. Sans doute. Ça lui redonne goût pour les femmes. Shirley Eaton qui se dore au soleil, ça donne envie d’y mettre les doigts. Amoureux mais pas exclusif, le Hammer. Sa déchéance tient à Velda. Son salut aussi. Ce n’est pas pour ça qu’ils doivent se promettre un jardin de roses. Pas de ça entre eux.

Sa détermination retrouvée, Mike écume les bas-fonds new-yorkais. Tous ne lui font plus confiance. Il a fait son temps. On l’a vu pleurnicher au fond d’impasses puant l’urine. Sale et aviné. Il leur montrera qu’il est toujours le même. Rassurant, froid, cynique et résolu. Parfois chevaleresque, parfois sadique. Le dernier de sa lignée.

Il traverse une ville en noir et blanc parce que les producteurs ne croyaient pas au projet et ne voulaient pas y injecter trop d’oseille. Dénoue une intrigue aussi complexe que décousue. Au bout du compte, elle n’a pas tant d’importance que ça. Fin en queue de poisson. On s’en fout. On voulait voir Mike cuver dans le caniveau et distribuer des bourre-pif.

En bonus, En attendant Lili, trois jours avec Mickey Spillane, un documentaire d’une heure allemand mais néanmoins passionnant. Mickey et sa machine à écrire, Mickey et son bateau, Mickey et ses lecteurs, Mickey et les avions, Mickey et l’ouragan Lili…

Mathias Ulrich

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s