Ces films dont on ne vous parle pas (épisode 54)

18 Juil

// MES DOUBLES, MA FEMME ET MOI – Harold Ramis //

Il faudra un jour s'interroger sur la mode du pyjama dans les années 90's.

Les prémices de la renommée d’Harold Ramis remontent aux années 80. Il évolue alors comme comédien aux côtés de ses anciens compères du Saturday Night Live, et s’essaye à l’écriture et à la mise en scène. En 1993, les portes de l’Histoire s’ouvrent devant lui.

C’est le bénéfice de Phil Connors et de la marmotte, du 2 février et de Punxsutawney. Un jour sans fin devient le nouveau grand modèle de la comédie américaine, un classique instantané, le premier film depuis des décennies à pouvoir regarder l’œuvre de Frank Capra au fond des yeux. Ramis tente alors de récidiver. Après les sursauts du temps, la redite calendaire, il opte pour le dédoublement à l’infini.

Michael Keaton, chef de chantier surmené, se crée un clone supposé prendre le relais et lui permettre de golfer en paix. Le résultat étant insuffisant, il clone le clone. La déclinaison sera malheureuse, chaque ersatz devenant plus taré que le précédent. L’auteur greffe là-dessus un postulat de vaudeville, et s’amuse de la schizophrénie ambiante. L’intérêt du film réside notamment dans le rapport de chaque clone à la femme idéale, jouée par Andie McDowell.

Multiplicity (titre original) et Un jour sans fin partagent un modus operanti semblable. Dans ces œuvres jumelles, il s’agit de perfectionner un quotidien, de faire et refaire encore, pour séduire cette même femme, pour parvenir à une situation de vie optimale. Ramis prône (involontairement ?) le stakhanovisme du quotidien, et une quête de perfection qui serait presque spirituelle.

Keaton ne souffre pas un instant de la comparaison avec Bill Murray. Devenu rare sur les écrans, il est, dans les années 90, un comédien parfaitement ambivalent, susceptible de jouer des rôles physiques, des figures inquiétantes ou de verser dans la franche comédie. On ne le définira pas comme étant subtil, mais simplement brillant et efficace.

La remarque s’applique également à Harold Ramis, qui perpétue habilement  sa gloire passagère dans cette histoire de doubles. La suite de sa carrière connaitra le même destin que les tentatives de clonage de Keaton : une lente déliquescence, un retour progressif à l’anonymat du faiseur.

Greg Lauert

A savoir : Si Ramis a pour habitude de faire des apparitions dans de petits rôles dans ses films, il n’apparait toutefois pas dans Multiplicity.

MES DOUBLES, MA FEMME ET MOI de Harold Ramis // 1996 // 117 minutes // 2.35 : 1 // Avec Michael Keaton, Andie McDowell, Zack Duhame, Harris Yulin, Julie Bowen

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s