[agitation :] LA SAGA CINEASTES, DE NOTRE TEMPS – André S. Labarthe

11 Août

Ed. Capricci

Flûte et zut, encore une lecture contrariée et, subséquemment, un compte-rendu tardif. L’éditeur Capricci (livres et DVD) fait des propositions a priori intéressantes, mais a posteriori parfois difficiles à avaler –une récente mésaventure avec Le vagabond du Nouveau Monde de James Agee motive cette remarque. Chat échaudé craint l’eau froide prétend le dicton.

Ainsi… Un livre traitant de la saga Cinéastes/Cinéma, de notre temps, émissions de télévision dédiées aux grands noms du cinéma mondial, est de prime abord très excitant. Surtout si on a eu la chance de prendre goût à cette historique collection de films grâce à un autre éditeur, MK2, qui en a réuni une dizaine dans un passionnant coffret DVD. Je-veux-je-veux-je-veux ! J’ai. Mince. En feuilletant, ça ressemble à une compilation de textes. Déception. Bah, on verra ça plus tard, quand on aura du temps et du courage à consacrer à ces bouts de pensées éparses. Trois jours de vacances ? Hop, c’est le moment de s’y coller. Mince, c’est trop con d’avoir perdu tout ce temps ! Il suffisait pourtant de lire la page de garde pour dissiper le malentendu : une seule personne, André S. Labarthe, est en fait invitée à retracer La saga Cinéastes, de notre temps ! Et dès la note d’intention, c’est captivant.

Construit sur le mode de la discussion entre l’interviewé –André S. Labarthe- et l’intervieweur –Thierry Lounas-, le livre se déroule chronologiquement, depuis la création de Cinéastes de notre temps par ASL et Janine Bazin en 1964 pour l’ORTF. Premier numéro : Luis Bunuel. Et ainsi, film après film, cinéaste après cinéaste, on suit Labarthe dans ses souvenirs souvent encore vifs (et drôles) et dans ses parti pris. Il ne s’agit pas uniquement d’un parcours anecdotique : au fil de la lecture se dégage une façon d’envisager le cinéma très vivante, stimulante.

La collection a connu trois époques : Cinéastes de notre temps à l’ORTF entre 1964 et 1972, Cinéma, de notre temps pour Arte entre 1990 et 2003 et depuis 2006, toujours sous le titre -à la virgule capitale- Cinéma, de notre temps, l’émission poursuit ses aventures sur Cinécinéma. Le fait qu’il y ait d’autres épisodes à venir (Diourka Medveczky et Jean-Christophe Averty, mais aussi peut-être Hong Sang-soo, Nagisa Oshima, Koji Wakamatsu, Monte Hellman…) rend encore plus sympathique cet hommage livresque (qui accompagnait une programmation spéciale André S. Labarthe au Centre Pompidou, à Paris, du 27 avril au 9 juillet 2011). Cette chose-là ne se range définitivement pas dans la catégorie « hagiographie posthume ».

Quant à « l’emballage » -la mise en page, les documents d’époque, les photos de tournage-, une fois écarté le malentendu du début (dont il est un peu la cause, il faut bien le dire), on s’y plonge avec autant de plaisir que dans le texte qu’il accompagne sans le parasiter. Autre petit bonheur parallèle : le livre est vendu avec un DVD contenant trois séquences de rushes d’interviews : 40 minutes de Capra, 70 minutes de Kazan et 90 minutes de Mamoulian, excusez du peu ! L’intérêt de ces films bruts va croissant du premier –qu’on force à s’exprimer en français, ce qu’il accepte avec une douloureuse patience- au dernier –qui parle lui couramment français, c’est plus commode. Pour Kazan, c’est l’intervieweuse qui parle le plus, donc pas de soucis –bon, non, ce n’est pas vrai, mais la longueur de ces questions ohlala !

Un peu de name dropping pour terminer ? Dans ce livre vous entendrez parler de : Luis Bunuel, Jean Vigo, Abel Gance, Carl Th. Dreyer, Sacha Guitry, Jacques Becker, Robert Bresson, Erich von Stroheim, Max Ophuls, Roger Leenhardt, François Truffaut, Marcel Pagnol, Raoul Walsh, John Cassavetes, King Vidor, George Cukor, Pier Paolo Pasolini, Jean Renoir, Jean-Luc Godard et Fritz Lang, Alexandre Astruc, Samuel Fuller, Joseph von Sternberg, Pierre Perrault, Louis Delluc, Marcel L’Herbier, Jerry Lewis, Alain Robbe-Grillet, Miklos Jancso, René Clair, Shirley Clarke, Friedrich Wilhelm Murnau, Busby Berkeley, Jean-Pierre Melville, Claude Autant-Lara, Norman McLaren, Jacques Demy, David Lynch, Jacques Rivette, Claude Chabrol, Martin Scorsese, Souleymane Cissé, Youssef Chahine, Manoel de Oliveira, Nanni Moretti, Abbas Kiarostami, André Téchiné, Shohei Imamura, Budd Boetticher, Alain Cavalier, Eric Romer, Georges Franju, Chantal Akerman, Ken Loach, Hou Hsiao-hsien, Philippe Garrel, Takeshi Kitano, Jean Rouch, David Cronenberg, Andreï Tarkovski, John Ford et Alfred Hitchcock, Jean-Marie Straub et Danièle Huillet, Aki Kaurismäki, Abel Ferrara, Otar Iosseliani, Luc et Jean-Pierre Dardenne, André S. Labarthe, Jacques Baratier, Nico Patakis, Victor Erice, Luc Moullet, Marc’O, Michel Gondry…

Et pour en savoir plus : le livre sur le site de son éditeur 

Jenny Ulrich

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s