Les dilettantes (épisode 15/28)

12 Août

/// Pendant un peu plus d’un an, Guérine Regnaut et Romain Sublon se sont prêtés au jeu de la correspondance cinéphile. Un film, un échange. L’un propose, l’autre répond… é basta!  ///

——————————————————————————————————————

Strasbourg le 15 avril 2010

La première qualité du film de Blake Edwards est de ne pas enfoncer de portes ouvertes ; le héros est indien et il n’y a pas la moindre blague à base de curry. Chapeau.

La deuxième qualité du film de Blake Edwards est son absence de scénario. S’il avait fallu suivre une histoire, le film aurait été triste comme un jour sans pain.

La liste est longue : Mister Bean, Monsieur Hulot, François Pignon, Hrundi Bakshi, François Perrin… Gaffeurs, trublions, imprévisibles, ils sont le seul salut possible aux soirées longues comme un jour sans vin. Hrundi Bakshi, lui, ne boit pas. Enfin… Non, il ne boit pas ! Bon, sauf une fois, peut-être… Bon, bon, Hrundi Bakshi ne fait pas grand-chose exprès. Il n’y peut rien Hrundi, c’est comme ça.

Maladroit un jour, maladroit toujours.

La troisième qualité du film est sa capacité à transcender ses temps morts, pourtant nombreux ; à chaque nouveau plan l’ennui est possible – souvent bien réel – et pourtant, on ne veut jamais lâcher. Cet amour presque aveugle est à lier à la deuxième qualité du film (cf. ci-dessus).

Dans The Party, tout le monde picole. Les Russes de la Smirnoff, les notables du champagne et les serveurs tout ce qui passe. Boire, mais pas pour oublier. Boire juste pour boire. Y a pas de scénario !!!

L’une des trois scènes les plus drôles du cinéma et de tous les temps est dans The party. Rendons grâce au papier toilette.

Hrundi Bakshi voulait juste essuyer sa chaussure sale. Il ne voulait pas être l’inventeur de la première soirée mousse. Voilà peut-être la plus grande de ses gaffes ; avoir inspiré David Guetta.

La dernière qualité du film est aussi son dernier plan ; une voiture qui roule et qui tousse.  Ce qu’on pourrait écrire de mieux à propos de The Party ; un film qui roule et qui tousse.

Romain

——————————————————————————————————————

Strasbourg le 16 avril 2010

Guérine
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s