[à l’affiche :] IL N’Y A PAS DE RAPPORT SEXUEL

17 Jan

HPG a avalé de travers.

Raphaël Siboni, plasticien et vidéaste, s’offre un drôle de dépucelage pour son premier film de cinéma traditionnel ; un documentaire sur HPG (Hervé-Pierre Gustave), monstre français du porno, à partir de plus de 1000 heures d’images enregistrées par ce dernier sur ses multiples tournages de films X.

Il n’y a pas de rapport sexuel (Lacan es-tu là au coin du bois ?) est un film saisissant, fascinant et, il faut bien l’admettre, glaçant (sachant que la glace a pour égale vertu de faire pointer les tétons et ramollir la verge).

Voir ces hommes et ces femmes s’ébattre dans des positions, des lieux, des instants incongrus… Les voir saoulés de paroles par le tour à tour séduisant, horripilant, monstrueux ou généreux HPG… Les voir jouir sur commande ou quand ils ne s’y attendent pas (plus)… Les voir penser à acheter des poireaux au supermarché quand ils fourrent le leur dans le chou-fleur de l’autre… Voir tout ça et en rire… Voir tout ça et, gloups ! Avaler sa trompette… Voilà qui fait un effet bœuf. On est là, K.-O. mais souriant. Oui, mal à l’aise aussi, parfois.

Il faut rendre hommage à HPG qui, acceptant de lâcher ces 1000 heures de rush à un parfait inconnu pour lui, a crée un pont inattendu entre le monde clos du porno et le reste du monde (clos aussi puisque souvent sentencieux à son égard).

Il faut rendre hommage à Raphaël Siboni qui, prenant en charge ces 1000 heures de rush, a accompli un travail d’une élégance parfaite, parce que à bonne distance.

Il n’est plus question ni d’idéaliser ni de diaboliser le porno. Il s’agit de raconter une histoire où, comme bien souvent, se côtoient l’amour et la violence.

Romain Sublon

NB : Le film est en salles depuis le 11 janvier 2012 (évidemment dans très peu de cinémas en France puisque interdit aux -18 ans). Visiter le site du distributeur Capricci pour plus d’informations.

A ne pas rater : projection unique au cinéma St-Exupéry (rue du 22 novembre à Strasbourg), en présence de HPG, le 26 janvier à partir de 20h. Séance suivie de la projection de l’excellent court-métrage de HPG, au titre parfait ; HPG son vit, son œuvre.

P.S : Ce texte a évidemment été écrit en un jet.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s