[cinép(h)age:] VOYAGE DANS LA LUNE (ép. 19/25)

7 Mai

Deux romans de Jules Verne : De la Terre à la Lune (1865) et Autour de la Lune (1869)

Un roman de H.G. Wells : Les Premiers Hommes dans la Lune (1901)

Un film de Georges Méliès (1902)

Résumons l’histoire des débuts du cinéma en une phrase : Il y eut les frères Lumière, puis vint Georges Méliès. C’est un assez bon raccourci. Si les premiers font tourner dans le monde entier de courts reportages de vie quotidienne, le second invente le long métrage et le récit de fiction. Les premiers déclinent des genres différents (repris de la littérature) : le polar, le western, la comédie, le drame, le péplum, le second s’affirme comme le créateur d’effets spéciaux inédits. Méliès, passionné de magie et propriétaire d’un théâtre, puise abondamment dans la machinerie de scène pour ses réalisations. Il crée aussi de nouveaux procédés, qui interviennent directement sur la pellicule ou la caméra pour obtenir des images saisissantes.

En 1902, il sort son Voyage dans la Lune, considéré à la fois comme le premier long métrage (13 minutes) et le premier film de science-fiction. Il s’inspire pour cela de deux romans de Jules Verne, De la Terre à la Lune (1865) et Autour de la Lune (1869), dont il reprend l’idée générale. Une équipe d’explorateurs s’embarque dans un obus tiré par un canon vers la Lune. Mais si les deux aventuriers de Verne ne font que le tour de notre satellite pour en revenir ensuite, les héros de Méliès, eux, atterrissent bien sur le corps céleste, comme dans le roman de Wells.

Méliès mêle ainsi les deux intrigues. Comme il vise essentiellement à divertir, toutes les préoccupations scientifiques, qui font le corps des romans de Verne, passent à la trappe, de même que les péripéties du voyage spatial. En trente tableaux, Méliès n’a que très peu de temps et de plans pour boucler son histoire. La caméra est sur pied (on tourne encore la manivelle), le cadre est fixe : ce sont les acteurs et les éléments du décor qui bougent. Chaque scène a son sujet et ses trucages particuliers. Le film est un catalogue de savoir-faire, inventif et créatif. La Lune personnifiée avec un obus fiché dans le visage apparaît comme un clin d’oeil et sert d’emblème au film.

Le chargement, tout en grâce, du canon

De Wells, Méliès adopte les Sélénites, les habitants de la Lune, qui font prisonniers les visiteurs terriens. Ceux-ci s’évadent. Il y a poursuite. Mais, heureusement, tous reviennent sains et sauf avec un extraterrestre capturé. Wells est plus pessimiste et plus tragique. Un seul revient du périlleux voyage. L’autre est promis à une fin funeste.

C’est une évidence de dire que le comique de Méliès est visuel. Il ne manque a ses personnages que la parole (ça c’est un truisme mêlé d’anachronisme) et les premiers tableaux qui s’attardent sur la présentation (forcément muette) du projet, semblent du coup un peu longs, même pour une scène d’exposition. Les séquences d’action apparaissent d’autant plus écourtées. La puissance du récit de Verne (« Une immense gerbe de feu jaillit des entrailles du sol comme d’un cratère. La terre se souleva […] fendant victorieusement l’air au milieu des vapeurs flamboyantes ») s’éteint sur pellicule. Le côté sombre de Wells, toujours un peu désenchanté, disparaît aussi. Restent 13 minutes d’une démo de génie, premier blockbuster de l’histoire, que la couleur restaurée par Lobsters Films magnifie.

Lobsters Films a, en effet, sorti la version colorisée restaurée du film après un long travail de réparation et de numérisation. C’est un autre film qui sort des studios par rapport à la version noir et blanc. Il gagne en profondeur de champ, en netteté, en régularité d’images et en poésie. La bande son teintée d’électro et spécialement créée par Air, lui confère un côté underground et select à la fois. On ne peut qu’être encore plus touché par ces acteurs (amateurs pour la plupart), qui se regardent jouer, dans une bonne ambiance potache. Ah si on pouvait lire sur leurs lèvres…

Franck Mannoni

Publicités

Une Réponse to “[cinép(h)age:] VOYAGE DANS LA LUNE (ép. 19/25)”

  1. boyan_d lundi 7 mai 2012 à 90908 #

    Hmm ! Ça donne envie de voir cette version couleur restaurée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s