[à l’affiche :] CHERCHER LE GARCON – Dorothée Sebbagh

10 Mai

Emilie n’a pas trouvé le garçon, mais au moins elle a deux belles boules.

Les technologies de l’informatique au cinéma ne mènent pas seulement à la 3D, j’en veux pour preuve le premier long métrage de Dorothée Sebbagh : Chercher le garçon. Sophie Cattani alias Emilie a la trentaine, elle vit à Marseille (on ne pourra pas la taxer de parisianisme) où elle est dessinatrice, elle est jolie et elle croit encore en la vie mais, à son grand dam, elle est célibataire – le drame de notre époque – et cela dure depuis beaucoup trop longtemps à son goût – le drame absurde de notre époque.

En désespoir de cause, un triste de soir de Saint Sylvestre, Emilie en tenue de soirée et coupe de champagne à la main décide fiévreusement de céder à la tentation de la froide et cruelle modernité en s’inscrivant sur un site de rencontre en ligne. S’en suit alors un chapelet de scènes de rencontres avec des hommes croisés online : Thierry les yeux bleus qui lui cherche le cul, Yough Grant, un dégât collatéral des aléas climatiques de Notting Hill, ou Monsieur X qui à l’évidence a oublié de parler de Playmobil® avec son psy. Des rencontres de drague ou de séduction loufoques où chacun est un peu une caricature de stéréotype, un profil de site de rencontre ou de réseaux sociaux.

Avec une certaine économie de moyens et un dispositif simple mais efficace, Dorothée Sebbagh évoque, avec décalage et humour, l’amour féminin au XXIe siècle (les ordinateurs/la technologie informatique vs la solitude,  donc le XXIe siècle). La rencontre sur internet peut réserver des surprises – nous sommes à l’abri de rien et ménageons ceux à qui c’est arrivé – mais cela gardera toujours un arrière-goût de saut à Carrefour® pour y acheter un livre. C’est drôle et à la fois dégoûtant. La spontanéité et l’énergie pleine d’espoirs – à la fois naïve et désarmante – que dégagent Emilie luttant contre son célibat de trentenaire, contribuent à donner de la gaieté et du sens à cette mise en scène de quête de prince charmant 2.0.

Emilie cherche autant le garçon que l’Amour le vrai, son Graal. C’est touchant même si parfois cet Amour a des airs de rêve de princesse, de grosse friandise rose bonbon un peu dégoulinante. C’est une comédie romantique, même si on est en droit de préférer les drames sentimentaux, mais la midinette célibataire de la trentaine que nous avons tous au fond de nous se laisse, en minaudant évidemment, agréablement séduire.

Adrien

CHERCHER LE GARCON de Dorothée Sebbagh // Avec Sophie Cattani // En salles le 9 mai 2012 -1h01

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s