[dvd:] TORPEDO – Matthieu Donck

23 Août

Bac Vidéo

Michel Ressac (François Damiens) a 35 ans, et pas de chance dans la vie. Célibataire, représentant de poêles à frire sur les marchés, sans argent, sans amis, sans petite-amie, fâché avec son père et méprisé par son beau-frère, il vivote : difficile de trouver des raisons d’espérer. Lorsqu’une chaîne de magasins qui vend des meubles organise un concours attrape-couillons, il est persuadé d’avoir gagné le premier prix : une soirée chez lui avec Eddy Merckx, le champion cycliste, la légende. Mais voilà : sans famille, il n’est pas un client intéressant pour le gérant, qui s’en débarrasse vite fait, sans lui donner son prix. S’ensuit la constitution d’une fausse famille avec Kevin (Cédric Constantin) le petit voisin débrouillard et Christine (Audrey Dana) l’ex-petite-amie de Michel. Michel Ressac : tout un poème embarqué dans un road movie franco-belge à bord d’un camping-car délabré avec prise d’otage à la clef.

Pour son premier long métrage, Matthieu Donck a réalisé une fiction so belge : féroce, drôle, émouvante et bien ficelée. Un curieux mélange toujours difficile à doser de personnages en perdition, sur fond de détresse sociale, capables de tout mais foncièrement gentils. François Damiens, popularisé par ses caméras cachées de François l’Embrouille, retrouve là un protagoniste qu’il affectionne, et qu’il a un peu adouci. François l’Embrouille est un emmerdeur sans-gêne, Michel Ressac, un rêveur un peu casse-bonbons mais attachant.

Audrey Dana, Cédric Constantin et François Damiens

Dans une courte interview en bonus, Audrey Dana signale des influences de Little Miss Sunshine (2006) de Jonathan Dayton et Valerie Faris, où une famille en crise traverse les Etats-Unis en van. Le parallèle tient aussi avec Un monde parfait (1993) de et avec Clint Eastwood. Le road movie, la cavale, la relation père-fils, l’envie d’avoir une famille, l’enfance malheureuse, la détresse sociale et même la fin en forme de souricière policière. Clint Eastwood Matthieu Donck même combat ? Peut-être bien. Dans les deux films, la société empêche l’individu qui a fauté de s’en sortir. Quoi qu’il fasse, on lui remet toujours la tête sous l’eau et son passé pèse lourd. Comme Butch (Kevin Costner) chez Eastwood, Michel Ressac veut juste vivre comme tout le monde, et si possible compter pour quelqu’un. Pas la lune. Le ressac, c’est le mouvement naturel des ennuis qui arrivent par vagues. C’est aussi l’inlassable énergie de Michel qui ne se décourage jamais face aux déferlantes de catastrophes qui lui tombent dessus. Et ça marche, enfin… à moitié.

FM

Publicités

Une Réponse to “[dvd:] TORPEDO – Matthieu Donck”

  1. rené lundi 25 mars 2013 à 180615 #

    j’ai adoré ce film

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s