Comment parler d’un film que tu n’as pas vu ? (ép. 4/25)

26 Oct

En salles le 24 octobre.

Voilà deux mois que tu sors avec cette superbe blonde aux yeux bleus. C’est l’amour fou. Tu as passé les premières épreuves avec succès : la soirée en tête à tête au restaurant, le premier film au cinéma et le premier baiser en la raccompagnant chez elle. C’est officiel, vous êtes en couple. L’affaire est sérieuse. Dimanche sera un moment crucial, le premier repas avec ta belle-famille. Au moindre faux pas, tu seras considéré comme un moins que rien, un numéro de plus dans la liste des petits copains de ta très chère.

Le jour J, tu enfiles ta plus belle chemise, tu te brosses les dents méticuleusement, tu vaporises ton eau de Cologne favorite. Tu as préparé une bouteille de vin pour ton beau-père et un joli bouquet de tulipes pour ta belle-mère. Avec belle-maman tout se passe à merveille. Le thème des discussions est varié : Etes-vous en CDI ? Avez-vous des enfants ? Faites-vous du sport ? Etes-vous croyant ?

Mais tu as oublié un détail qui à son importance, conquérir beau-papa, aussi vicieux que Robert de Niro dans Mon beau-père et moi, il cherchera la moindre faille pour te mettre au placard. Beau-papa aime la culture et les gens cultivés. Il est incollable sur les dates de sortie de chaque album des Beatles et surtout…c’est un cinéphile… C’est en te servant un verre de vin d’un air naïf qu’il lance sa première attaque. « Avez-vous vu le film Amour de Michael Haneke ? Les  critiques  sont dithyrambiques. Et vous, qu’en pensez-vous ? »

Sourire narquois. Un ange passe. On entend une mouche volée au-dessus du gigot. Ton rythme cardiaque augmente. De fines perles de sueur coulent sur ton front mais tu ne te laisses pas démonter. Michael Haneke, tu connais ! C’est ce réalisateur autrichien au style incomparable, ayant déjà reçu une Palme d’Or pour Le Ruban Blanc. Tu as l’affiche de Amour en tête. Une affiche émouvante où Georges (Jean-Louis Trintignant) tient entre ses mains la tête d’Anne, une octogénaire (Emmanuelle Riva) au regard profond et perdu.

Ce qui te sauvera surtout, c’est d’avoir vu Jean-Louis Ttrintignant parler de ce chef-d’œuvre au festival de Cannes. D’une voix émouvante, il nous fait entrer dans l’univers de ce couple de musiciens bouleversés par l’accident cérébral d’Anna. Une réflexion intense sur la mort, la séparation, et la puissance de l’amour face à la désagrégation physique de la maladie. Une mise en scène intimiste parfois dérangeante par sa sècheresse chirurgicale, mais remarquable de fragilité via les sonates de Schubert présentes tout au long du film. «Bref, la fin de vie, un sujet qui vous concerne un peu beau-papa. Vous devriez prendre vos pilules, je vous sens tendu tout d’un coup, un accident est si vite arrivé n’est-ce pas…»

Moi 1 – Beau-Papa 0

Mr Zag

Publicités

Une Réponse to “Comment parler d’un film que tu n’as pas vu ? (ép. 4/25)”

  1. Jeanne-ette jeudi 1 novembre 2012 à 01204 #

    Tient entre SES mains! Ses mains! Ses mains!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s