[dvd :] L’ANNIVERSAIRE DE THOMAS – Jean-Paul Menichetti

28 Oct
Pôle de l’Image Ed.

Mais qui est ce Thomas, qui a les honneurs du titre et que, pourtant, on ne voit jamais ? Un anglais autodidacte qui inventa, en 1877, le moyen de fabriquer un acier solide, contrairement au métal cassant qui était la norme jusqu’alors. En 1882, la première aciérie de type Thomas voit le jour en Lorraine, à Joeuf. En 1982, cent ans plus tard, la sidérurgie s’effondre dans la région. C’est à l’occasion de ce centenaire que Jean-Paul Menichetti revient sur l’histoire d’une industrie qui a été le fleuron du pays. Mieux, il dresse le portrait de ces populations immigrées italiennes oubliées, aujourd’hui intégrées, qui ont fait tourner les usines.

Si le tableau est économique et social, il est aussi intime et poignant. Le récit des grèves et des fermetures, par vagues dès le début du XXe siècle, rend compte d’une lutte ouvrière qui n’a jamais baissé les bras. Des témoins racontent ces combats. Surtout, ils racontent la vie quotidienne, le dur labeur, mais aussi les petits riens : l’espoir d’un avenir meilleur pour les enfants, les liens parfois difficiles avec le pays d’origine, les politiques d’intégration fluctuantes. La force de ce documentaire, tourné en 16mm et qui a bénéficié de ce tirage dvd pour ses trente ans, tient dans cette intrication permanente entre le vécu et l’Histoire. Le premier procède du second et réciproquement. C’est le cas lors de la fermeture de la mine d’Auberives, en 1961. C’est aussi le cas lors du trépas de l’aciérie de Micheville en 1971. Pendant les conflits, des mineurs n’ont pas hésité à passer passent trois semaines entières au fond des galeries en signe de protestation.

Jean-Paul Menichetti fait revivre aussi ces discours oubliés. Il démontre que, parfois, l’Histoire se répète. Qui se souvient, en effet, que les immigrés italiens du XXe siècle étaient plutôt mal vus par les locaux ? Parlant mal français, pauvres, différents dans leur manière de vivre ? Les arrivants, plus ou moins bien accueillis, se sont intégrés. C’est aussi le message de ce document aussi instructif qu’émouvant, et dont les images d’archives tissent un lien permanent avec le présent. En bonus, les auteurs du documentaire se confient sur la genèse de l’oeuvre.

Franck Mannoni

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s