[dvd :] LE COMMANDO DES MORTS-VIVANTS – Ken Wiederhorn

13 Jan
ed. Bach Films

ed. Bach Films

Oh la jolie jaquette que voilà. Elle date de l’époque où le Commando des morts-vivants (Shock Waves en VO, 1977) sortait en VHS, mais elle n’a pas pris une ride. Ce qui bien sûr en fait toujours beaucoup trop, les morts-vivants du film étant nettement moins parcheminés. Moins grands aussi. « Plongez dans l’horreur » nous suggère l’avenante devanture, d’où les noms jadis vendeurs de John Carradine et Brooke Adams ont été effacés au profit du seul Peter Chushing.

Alors on plonge.

Au tout début, une jeune femme totalement desséchée dans son bateau de fortune est arrimée par un pêcheur et son fils. Brooke Adams, puisqu’il s’agit d’elle, est à ce moment précis plus zombiesque que tous les zombies qu’on verra par la suite.

Elle ne se souvient pas de grand chose, mais elle raconte : deux couples en vacances et un équipage réduit, sur un rafiot commandé par un vieux loup de mer (John Carradine, profitez-bien de sa présence il ne va pas tarder à dégager). Une carcasse de navire qui leur fonce dessus près d’une île. Le naufrage. L’île habitée par un seul bonhomme à l’accent allemand très prononcé (Peter Cushing) qui les invite fermement à ne pas rester. Le premier mort. Et l’horrible réalité que finit par leur livrer le bonhomme à l’accent allemand très prononcé : dans le temps il a contribué à créer une race de sur-sur-surhommes, des combattants imbattables, bref des nazis zombies. Avec des uniformes im-pe-cca-bles malgré de nombreuses années passées sous l’eau. Ah oui, car ces nazis zombies ont pour particularité d’être amphibies, ce qui donne lieu à quelques vraies belles scènes.

Pour le reste, c’est tranquille, la nature est agréable, la musique est chouette, le rythme pépère… Mais les personnages sont dans l’ensemble déplaisants à cause notamment de certaines facilités scénaristiques : comment perdre le bateau qui permettrait de s’échapper ? comment déloger les survivants de la chambre froide sécurisée où ils se sont réfugiés ? Ça d’ailleurs c’est amusant : chassés du frigo, ils se planquent… dans un four. Hihi, le chaud froid.

Concernant cette scène, dans l’unique bonus directement lié au Commando des morts-vivants le comédien Luke  Halpin souligne une bien plus grande ironie : se protéger de nazis dans un four. Hum… Bon mais sinon, puisqu’on en est aux associations d’idées, c’est rigolo Luke Halpin est passé de Flipper le Dauphin aux morts-vivants amphibies. Voilà-voilà. Ah un mot des versions audio pour finir : la VOST et la VF sont proposées, et pour une fois il semblerait que les doubleurs français soient plus sobres que les originaux. Pédale douce sur l’accent teuton.

Les autres suppléments, offerts sur un second disque, consistent en deux moyens métrages (1h) mettant en scène de malheureux clampins zombifiés à des fins militaires.

Le roi des zombies (King of the Zombies, Jean Yarbrough, 1941) est le plus amusant, grâce notamment à un personnage de « bon nègre » aussi trouillard que Scoubidou. On est là à la source de la zombification, en plein rite Vaudou, et quelques détails sont bien trouvés. Dans l’ensemble c’est tout à fait divertissant. Dans le second métrage, La révolte des zombies (Revolt of the Zombies, 1936), Victor Halperin dont on retient évidemment le fondateur White Zombie (1932) avec Bela Lugosi, délaisse le Vaudou pour de mystérieuses pratiques cambodgiennes. Un triangle amoureux a des effets désastreux sur un jeune héros qui troque la passion romantique pour la plus folle mégalomanie. Mais il s’agit là davantage d’hypnotisme que d’autre chose. Dans Le roi des zombies aussi d’une certaine manière. Bref, les belles heures des morts-vivants en sont à leurs prémices, on sait ce que l’avenir leur a réservé !

A noter à ce propos le hors-série que Mad Movies consacre au sujet.

Jenny Ulrich

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s