[cinéphilie :] Fernando Trueba

13 Mar

P1040304

Fernando Trueba (réalisateur) était à Strasbourg pour présenter L’artiste et son modèle (sortie le 13 mars 2013) en compagnie de son actrice principale, Aïda Folch.

L’artiste dont il est question dans ce film est interprété par Jean Rochefort, il est sculpteur, mais depuis le début de la guerre (la Seconde guerre mondiale), il n’a plus guère fréquenté son atelier perché dans la montagne. Son épouse et ancien modèle (Claudia Cardinal), remarque une jeune Espagnole échappée d’un camp de réfugiés et a l’intuition qu’il y a la matière à créer une (des) étincelle(s) : elle est l’entremetteur de la relation non conventionnelle qui va se nouer entre l’artiste et son modèle… Aïda Folch incarne ce dernier modèle.

On parlera ou non de L’artiste et son modèle dans la prochaine émission de CUTlaradio, en attendant, Fernando Trueba réagit aux films suivants.

L’HOMME QUI AIMAIT LES FEMMES (François Truffaut)

Je pense que c’est peut-être le film le plus autobiographique de Truffaut, encore plus que Les 400 coups. J’adore ce film. Truffaut était quelqu’un qui aimait les femmes, les films, les livres et les enfants. Je partage tous ses amours. C’est un très beau film.

LE DEJEUNER SUR L’HERBE (Jean Renoir)

J’adore Jean Renoir, mais c’est un des films de lui que j’aime le moins. J’adore Partie de campagne et beaucoup d’autres… Je cite toujours Partie de Campagne comme mon film préféré, pas seulement de Renoir mais de l’Histoire du cinéma. Par contre je ne suis pas très attaché au Déjeuner sur l’herbe.

LA BELLE NOISEUSE (Jacques Rivette)

Quand j’ai donné le scénario (ndlr : de L’artiste et son modèle) à Jean Rochefort, qu’il l’a lu et qu’on s’est rencontrés chez lui, il m’a demandé : tu connais La belle Noiseuse ? J’ai dit oui. -Est-ce que tu aimes ? Bon, on ne se connaissaient pas, mais il fallait être sincère, non ? Alors je lui ai dit : non, je n’aime pas du tout ce film. Alors il s’est levé, il est venu vers moi, il m’a embrassé et il m’a dit : ça commence bien.

LE SONGE DE LA LUMIERE (Victor Erice)

Ce n’est pas le film de lui que je préfère, je préfère L’Esprit de la ruche ou El Sur. C’est intéressant, mais… Le jeu des artistes ne me plaît pas.

LUMIERE SILENCIEUSE (Carlos Reygadas)

C’est celui avec les fanatiques religieux au Mexique ? Je pense que c’est le meilleur film de Reygadas. C’est un metteur en scène que j’estime, mais dont je pense qu’il fait ses films pour la critique française. Surtout pour Les Cahiers du cinéma et le festival de Cannes. Plus que pour le public et surtout plus que pour le public mexicain. Mais il a une personnalité, un style très fort et ça j’apprécie en ces temps terribles. C’est son meilleur film, un très bon film.

LE SILENCE DE LA MER (Jean-Pierre Melville)

J’aimais beaucoup Melville quand j’étais jeune, aujourd’hui il me parle moins. Il y a certains films de lui, que je n’ai pas revus, mais en jouant avec la mémoire, s’il faut garder un film de lui ce serait Le deuxième souffle.

Propos recueillis par Jenny Ulrich

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s