[dvd :] LA BOUCHE DE JEAN-PIERRE – Lucile Hadzihalilovic

16 Avr
Ed. Badlands

Ed. Badlands

Cela fait presque 17 ans maintenant que La bouche de Jean-Pierre a été présenté dans la section Un certain regard du Festival de Cannes. En le revoyant aujourd’hui dans la très belle copie présenté par le nouvel éditeur Badlands, on constate immédiatement que le premier film de Lucile Hadzihalilovic n’a rien perdu de sa singularité ni de sa force vénéneuse.

Conçu entre Carne et Seul contre tous par une équipe (Lucile Hadzihalilovic, Gaspar Noé, Dominique Colin, entre autres) qui allait apporter un sang neuf au cinéma français, ce court métrage, qui reste encore aujourd’hui inclassable, a souvent été observé sous un angle exclusivement social.

En décrivant la vie d’une fille de dix ans, sous la garde provisoire de sa tante, après la tentative de suicide de sa mère, et cible des pulsions de son compagnon, La bouche de Jean-Pierre a forcément déclenché des discussions lors de sa sortie en salles. Et le plus grand intérêt de ce DVD, outre l’exhumation d’une œuvre qu’il était jusqu’alors impossible de voir dans de bonnes conditions, est, à travers sa section éditoriale, de revenir précisément sur le travail de son auteur, de sa vision et de son point de vue de cinéaste.

Si le documentaire Les souvenirs de Jean-Pierre revient concrètement sur la fabrication du film à travers le regard de ses principaux artisans, le module Les amis de Jean-Pierre apporte un éclairage plus analytique sur le film. Cinéastes, critiques et admirateurs du film (parmi lesquels Christophe Gans et Fabrice Du Welz) offrent des regards multiples sur une œuvre qui peut être abordée sous un angle psychologique, mythologique et, bien sûr, cinématographique. Car, face à un sujet pareil, c’est évidemment le point de vue de la cinéaste qui retient l’attention. Et la plus grande qualité de ce document est de dresser, à travers le recoupement des points de vue des intervenants, le portrait d’une réalisatrice à l’univers unique, qui parvient à tirer d’un sujet de fait divers un véritable conte de fées, aussi noir qu’oppressant.

François-Xavier Taboni

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s