[cinéphilie :] Serge Garde

21 Avr

Serge Garde

Serge Garde (réalisateur) était à Strasbourg pour présenter son documentaire, Outreau l’autre vérité (sortie à Strasbourg le 17 avril 2013).

Le film était prévu pour la télévision qui n’en a pas voulu, cette précision pour expliquer que sa finalité n’est clairement pas cinématographique. Dans Outreau, l’autre vérité, Serge Garde interviewe ceux qui ont finalement accepté de parler de ce fiasco judiciaire des années 2000, à commencer par deux des enfants victimes de viols / accusés de mensonges, ainsi que le fameux juge Burgaud. Et des policiers, magistrats, journalistes, politiques, avocats (mais pas ceux qui ont défendu les adultes accusés de viol, proxénétisme et Cie. : eux ont décliné l’invitation). Les témoignages se succèdent, factuels, et ce qui se dessine n’est pas glorieux pour la justice. Ni pour les médias.

Nous parlerons ou non de Outreau, l’autre vérité dans la prochaine émission de CUTlaradio, en attendant, Serge Garde réagit aux films suivants.

PRESUME COUPABLE (Vincent Garenq) :

C’est un film de fiction. Je ne l’ai pas vu, mais pour une raison très simple : je n’ai pas vu de films pendant toute la période où j’étais en salle de montage. J’étais dans ma bulle, je travaillais sur mon film, j’avais choisi de ne pas me disperser. Donc je n’ai pas vu le film Présumé coupable. Je ne doute pas que Philippe Torreton soit un acteur formidable. Par contre, j’ai lu le livre d’Alain Marécaux. C’est une fiction tirée du récit d’une personne qui a été impliquée dans l’affaire, condamnée en première instance, acquittée en deuxième instance et qui raconte qu’il est innocent. Voilà, c’est le film tiré du récit de quelqu’un qui est juge et parti.

SOUPÇONS (Jean-Xavier de Lestrade) :

Ah ! Alors ça c’est chapeau ! Si je refaisais ma carrière professionnelle, sans doute je travaillerais sur des documentaires et les frères de Lestrade sont pour moi des modèles dans le genre. C’est vraiment remarquable ce qu’ils font. D’abord le travail est très respectueux des faits, des êtres. Et c’est vrai qu’on a des doutes. Le doute existe et c’est une très belle illustration de ce qu’est le travail de la justice. Parce que je ne sais pas si un jour vous aurez la chance ou la malchance d’être tirée au sort pour être jurée dans un procès d’assise, mais pour avoir discuté de l’expérience de juré avec quelques personnes qui avaient vécu cette histoire-là… Une chose est de parler de la justice en l’air, mais quand vous avez à participer à la décision qui va faire que le type en face de vous va se retrouver en prison dès la fin du procès pour 7, 10, 15, 20 ou 30 ans : c’est autre chose ! Et là, on mesure la grandeur et la fragilité du travail de justice.

LE CORBEAU (Henri-Georges Clouzot) :

(sourire) Il y aurait beaucoup de choses à dire. D’abord, sur un plan historique il est assez remarquable que les nazis, puisque c’est un film qui a été tourné pendant la Deuxième guerre mondiale, les nazis qui censuraient tout ce qui pouvait être critique par rapport à l’occupation : ils n’ont pas vu que derrière cette vague de dénonciations par un corbeau dans un village, il y avait quelque chose qui renvoyait à la situation française à un moment où les préfectures et les kommandanturs étaient inondées de lettres de dénonciations de juifs, de communistes, de résistants, de prêtres qui protégeaient des enfants juifs ou des résistants, etc. J’ai toujours trouvé une petite ambiguïté dans ce film, mais j’aime bien ce qui est complexe.

C’EST ARRIVE PRES DE CHEZ VOUS (Remy Belvaux, André Bonzel, Benoît Poelvoorde) :

J’en ai un souvenir très lointain… Je me souviens d’un choc émotionnel en le voyant, mais je ne m’aventurerai pas à en parler.

Propos recueillis par Jenny Ulrich

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s