Journal d’un CUTien à Cannes (saison 6, ép.2)

17 Mai
Le monde vu par un festivalier à 3h30 du matin.

Le monde vu par un festivalier, à 4h30 du matin.

Après des oeuvres comme 8 femmes et Potiche, le fait que le nouveau François Ozon présenté en Compétition s’intitule Jeune & jolie était relativement inquiétant. En pénétrant dans le film, on est assez rapidement rassuré, il ne s’agite pas d’une nouvelle pochade camp du réalisateur de Sitcom. Ozon décide en effet de parler d’une jeune femme de 17 ans de la bourgeoisie parisienne qui se prostitue, suscitant la stupeur de son entourage familial. Dans une mise en scène glacée et au bout du compte un peu stérile, le réalisateur a néanmoins une bonne idée : interroger le spectateur sur les motivations de cette jeune femme et surtout, ne pas y répondre. Dommage qu’Ozon n’ait pas suffisamment confiance en son histoire pour la conclure sur une scène explicative et symbolique totalement superflue.

Mais pas aussi superflu que l’ensemble de The Bling Ring, de Sofia Coppola, présenté en ouverture d’Un Certain Regard. S’inspirant d’un fait divers, la cinéaste décrit les agissements d’un gang de jeune filles (plus un garçon) des quartiers huppés de Los Angeles, qui pillent les appartements de stars en déplacement. Sur ce sujet qui en vaut bien un autre, la réalisatrice de Virgin Suicide décline en boucle les mêmes scènes, faisant preuve d’une paresse scénaristique assez stupéfiante. La satire, parfois mordante d’un milieu californien complètement coupé des réalités fait parfois mouche mais ne suffit pas à nous sauver d’un ennui profond.

Là où Sofia Coppola semble s’enfoncer dans une triste routine, Jia Zhang Ke surprend ses admirateurs en signant une forme de western moderne, qui lui permet une fois de plus de parler d’une Chine en pleine transformation. La maestria avec laquelle le metteur en scène installe ses séquences dans des décors naturels impressionnants donnent parfois un souffle épique assez unique dans le cinéma contemporain. Coproduit par Office Kitano, A Touch of Sin déploie tous les atours d’un cinéma de genre sec et violent pour évoquer de façon très explicite la corruption qui gangrène les instittuions chinoises. En Fuller d’aujourd’hui, Jia Zhang Ke donne à voir une nouvelle facette de sa personnalité et nous donne envie de voir la suite avec impatience.

Ari Folman est également eu meilleur de sa forme avec Le Congrès, présenté en ouverture de la Quinzaine des Réalisateurs. L’équipe d’Edouard Waintrop, le programmateur, a vraiment fait une belle prise avec ce film de science-fiction inspiré d’une oeuvre de Stanistav Lem, aux croisements de l’animation, du film expérimental et du portrait d’actrice. Et quelle actrice ! Si Le Congrès n’était qu’une démonstration d’amour d’Ari Folman pour la bouleversante Robin Wright, ce serait déjà un très grand film. Mais le réalisteur de Valse avec Bashir ne s’en tient pas là, loin s’en faut, et évoque, entre autres, dans cette fable entre Kubrick et K. Dick, notre rapport à la réalité, un devenir du cinéma, le travail des acteurs et plein d’autres choses dans un film d’une richesse qui ne s’épuise pas après sa première vision. Le premier vrai choc du Festival.

Demain, s’il y a de la place, nous parlerons de L’inconnu du lac (Alain Guiraudie), du Passé (Asghar Farhadi) et de Tel père, tel fils (Hirokazu Kore-Eda).

François-Xavier Taboni

Publicités

Une Réponse to “Journal d’un CUTien à Cannes (saison 6, ép.2)”

  1. Anonyme vendredi 17 mai 2013 à 231104 #

    Bien vendu Le Congrés !! J’attends de voir ça… Pour le Sofia Coppola, ta critique correspond bien à la bande annonce qui donc correspond bien au film ! :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s