Journal d’un CUTien à Cannes (saison 6, le palmarès)

26 Mai
Prend ça Frigide et Barjot !

Prend ça Frigide et Barjot !

Avant la remise du plamarès tant attendu, les hostilités commencent avec, en mise en bouche, la remise de la Palme d’Or du court métrage décernée à Safe, du sud-coréen Moon Byoung-gon et la Caméra d’Or, qui va à Ilo Ilo, du singapourien Anthony Chen, présenté à La Quinzaine des Réalisateurs.

Le Palmarès commence sans grande surprise et avec un léger parfum d’Oscar quand le prix du meilleur acteur est décerné à Bruce Dern, dont le comeback chez Alexander Payne semble avoir séduit le jury. C’est la bronca dans la salle de presse quand le prix de la meilleur actrice revient à Bérénice Bejo, qui passe donc devant les deux comédiennes de La Vie d’Adèle et Emmanuelle Seigner. Sa performance n’était pourtant pas le point fort du film et laisse un goût d’amertume.

A Touch of Sin, de Jia Zhang-Ke, repart lui avec le prix du meilleur scénario. A Cannes, où la mise en scène prime sur tout, cette récompense est toujours un peu une forme de consolation, et il y avait bien d’autres choses à récompenser dans ce western moderne et mordant.

Autre prix de consolation ou d’ancouragement, le Prix du Jury va au beau mélodrame Tel père, tel fils, d’Hirokazu Kore-Eda, qui ne pouvait plus prétendre à la Palme d’Or après l’entrée d’Abdellatif Kechiche en Compétition.

Le Prix de la mise en scène, lui, est décerné à Amat Escalante pour Heli. L’ascèse et la violence de son film n’ont apparemment pas rebuté le jury et le jeune espoir du cinéma mexicain va pouvoir commencer à jouer dans la cour des grands.

Les frères Coen peuvent désormais ajourter un Grand Prix à leur longue liste de récompenses cannoises. Le mineur Inside Llewyn Davis repart donc avec une récompense majeure.

Applaudissements nourris dans la salle de presse quand Steven Spieberg annonce que la Palme d’Or est décernée à trois artistes et fait monter sur scène Léa Seydoux, Adèle Exarchopoulos et Abdellatif Kechiche pour La vie d’Adèle. Une récompense exceptionnelle pour un film exceptionnel.

Le festival se termine donc dans la joie et l’émotion et il ne me reste plus qu’à vous dire à l’année prochaine. Si tout se passe bien…

François-Xavier Taboni

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s