[portrait :] Rojas et la banalité du mal

25 Juin
Bogosse++

Bogosse++

Ce jeune réalisateur est né en Espagne et a grandit à Los Angeles. Diplômé de l’Art Center College of Design de Pasadena, AG Rojas a été récemment le coproducteur d’une série de documentaires urbains assez originaux. Mais c’est l’œuvre purement artistique du réalisateur qui nous intéressera ici. Ses courts et ses vidéoclips.

AG Rojas semble happé par les bas-fonds urbains dans leur quotidienneté. Ce type d’univers est assez rependu certes, mais l’une des particularités du réalisateur est qu’il ajoute dans ses décors des éléments fantastiques, étranges, voire horrifiques qui, a priori, n’ont rien à faire là.

Le tout peut parfois mettre mal à l’aise, mais cela donne un cachet et un intérêt à cet artiste. On peut se demander pourquoi ce leitmotiv en dualité : bas fonds urbains au quotidien et élément d’étrangeté horrifique. Ce sont deux aspects qui d’habitude ne vont pas de paire. Un mariage surprenant entre réalisme et fantastique.
Pourtant, le symbole est fort. Car, lorsqu’on y réfléchie, c’est paradoxalement ainsi que les choses se passent le plus souvent dans la réalité. Les horreurs, parfois aussi étranges soient elles, peuvent s’insinuer dans la normalité du quotidien au point où les victimes ne les voient plus et où leur bourreau estime comme un fait légitime d’avoir des « proies » à maltraiter. Prenez les nombreux exemples harcèlement ou de viols où les prédateurs sont bien souvent des proches que les victimes côtoient au jour le jour. Ces victimes  mettent parfois des années à comprendre l’anormalité de ce qu’elles subissent : « la plus belle ruse du Diable est de vous persuader qu’il n’existe pas ! » (Baudelaire ou Usual Suspect selon les préférences).

Par extension, cette réalité rappelle la thèse d’Hannah Arendt sur la banalité du mal. C’est dans l’exemple du procès Eichmann que Hannah Arendt a exposé son concept (Eichmann à Jérusalem. Rapport sur la banalité du mal). Adolf Eichmann, un criminel nazi qui selon Hannah Arendt n’est pas un monstre mais un être humain qui, bien que responsable et coupable, a agit dans un système totalitaire qui l’a encouragé à faire ce qu’il a fait au sens où ce système anesthésiait la culpabilité de ses agents. Eichmann s’est d’ailleurs défendu lors de son procès en expliquant qu’il ne faisait qu’obéir aux ordres (ultime médiocrité et perversion d’un salaud ; tenter de se faire passer pour non-responsable ou victime)… La thèse d’Arendt réinterroge ce que l’on a l’habitude de définir comme le « mal ». Vu de l’extérieur, le mal est étrange, irrationnel, mais à l’intérieur de certains environnements (et pas seulement dans les régimes totalitaires), il peut devenir banal.

AG Rojas transpose (volontairement ou pas) de manière allégorique ce concept d’Hannah Arrendt dans son œuvre. Il nous montre alors des images horrifiques dans des décors de bidonvilles ou banlieues au quotidien et parfaitement intégrées dans leur univers. Ainsi dans le court métrage Crown, on peut voir des cols blancs se droguer de manière étrange. Dans le clip Hey Jane de Spiritualized on peut voir un transgenre évoluer au quotidien dans un univers particulièrement hostile. Dans le clip Lofticries de Purity Ring, on perçoit ce qui semble être une fausse couche puis un cadavre dans un étang le tout intégré là, comme objet de décor et ne déclenchant aucune réaction spécifique des protagonistes. Comme si tout était normal… banal.

Un véritable artiste a au fond de lui-même, une sorte de matrice. Celle-ci le pousse à faire émerger des « choses » (messages, idées, fantasmes…) sous formes d’œuvres. Il peut mettre une vie à découvrir ce qu’il a vraiment à dire. Chaque œuvre est une pièce du puzzle. Pour l’heure, AG Rojas ne nous a offert que quelques unes de ces pièces, mais on attend de découvrir la suite avec impatience.

Julien Bartoletti

« LOFTICRIES » | Purity Ring from AG Rojas on Vimeo.

« CROWN » | Short Film from AG Rojas on Vimeo.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s