[dvd :] HAMBURGER FILM SANDWICH – John Landis

12 Août
Ed. Carlotta

Ed. Carlotta

Film à sketchs, comédie potache, standard du nihilisme 70’s, Hamburger Film Sandwich (un titre français surréaliste qui provoque invariablement un éclat de rire chez son réalisateur) aurait pu rester une œuvre anecdotique, un jalon de plus dans la carrière pour le moins chaotique de John Landis.

Le cinéaste, ex-assistant, ex-cascadeur, futur pygmalion d’Eddie Murphy, master of horror et maitre d’œuvre d’un clip assez connu avec des morts-vivants, n’a jamais assumé The Kentucky Fried Movie (titre original) comme un titre fondamental de sa filmographie. Si le DVD édité par Carlotta précise bien qu’il s’agit d’une comédie de John Landis, le making-off proposé en complément apporte un regard plus nuancé sur la genèse du film.

Hamburger Film Sandwich nait de la conjonction des talents de futures icônes de la comédie des années 80. L’idée, l’initiative de l’œuvre, appartient au trio ZAZ (Zucker / Abraham / Zucker) plus tard responsable de plusieurs franchises de la comédie nonsensique mettant notamment en scène Leslie Nielsen ou Charlie Sheen.

Ils adaptent là une série de sketchs préalablement joués sur scène, et en créent d’autres pour le passage au grand écran.

La transition s’avère toutefois complexe pour de parfaits néophytes, et la petite troupe s’en remet donc à Landis, jeune cinéaste capable de travailler pour un budget minimal.

Ce dernier n’intervient pas au titre de simple exécutant ou technicien. Les sensibilités s’entremêlent et il est aujourd’hui très délicat de différencier les idées des uns et des autres.

Les strictes parodies de film (blaxploitation ou Opération Dragon) bénéficient toutefois de la cinéphilie du futur réalisateur des Blues Brothers.

Pour ceux qui n’ont pas grandi avec le maelstrom Hamburger Film Sandwich, il apparait aujourd’hui complexe de prendre la mesure de son statut culte.

On pourra toutefois s’attacher à la valeur historique de l’œuvre, et reconnaitre qu’il s’agit là d’une introduction jouissive à la sensibilité des auteurs du précieux Y a-t-il un pilote dans l’avion, tout autant qu’une preuve indéniable de la fantastique polyvalence de Landis.

Greg Lauert

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s