[agitation:] Le 36e FFIV

6 Nov

Affiche-Festival-36

Le 36e Festival du film italien de Villerupt (54) bat son plein, et ce, jusqu’au 11 novembre 2013. Le 8 novembre seront remis les prix du Jury, du Jury jeune, de la Presse et du Public. Après les fastes de la 35e édition, cette programmation reflète un climat particulier dans le cinéma transalpin. Des comédies populaires et politiques, des polars sombres, des chroniques sociales sur l’immigration : un véritable miroir des temps modernes. Edoardo Winspeare, président du jury, réalisateur de longs métrages et de documentaires, aura fort à faire pour départager les genres et les styles. Tour d’horizon…

En compétition, notamment, un ovni absolu, L’ultimo pastore (Le Dernier Berger) de Marco Bonfanti (en dvd VOST italien, mais sûrement bientôt sous-titré français, étant donné le succès de ce documentaire fiction qui tourne dans les festivals). Renato Zucchelli, l’un des derniers bergers milanais, emmène ses 1000 moutons jusqu’au pied de la cathédrale de Milan. Une odyssée qui emprunte les routes déjà saturées de véhicules. Renato, sorte de Shrek à l’italienne, pose sur le monde moderne un regard lucide. Un conte moderne à la fois drôle et désenchanté.

65656-L-ultimo-pastore-a-Milano-doc-di-Marco-Bonfanti

L’Ultimo pastore (Le Dernier Berger)

En concurrence directe, La variabile umana (La Variable humaine) de Bruno Oliviero avec Silvio Orlando, star transalpine. L’acteur incarne un policier veuf et dépressif, qui vit avec sa fille adolescente. En enquêtant sur le meurtre d’un notable, il s’enfonce dans les milieux malsains de Milan. Silvio Orlando, très connu pour ses rôles comiques, trouve-là un rôle dramatique et dense très intéressant.

Dans le genre de la comédie, le film trépidant de Rolando Ravello, Tutti contro tutti (Tous contre tous, DVD Warner Home Video) raconte comment, dans un immeuble populaire de Rome, une famille italienne trouve son appartement occupé par une autre famille italienne. Impossible de déloger les usurpateurs : pas de bail officiel, un faux propriétaire, tout le monde à fraudé. En signe de protestation, les sans-domicile campent sur le palier, au grand dam des autres locataires, presque tous immigrés. Les portes qui claquent, on court dans les escaliers : un vaudeville urbain endiablé.

tutti-contro-tutti_0

Tutti contro Tutti (Tous contre tous)

Viva la libertà de Roberto Andò met quant à lui en vedette Toni Servillo, qui avait superbement incarné le politicien Guilio Andreotti dans Il divo (prix du jury au Festival de Cannes 2008). Servillo retrouve le rôle d’un homme politique en situation électorale compliquée, qui fuit quelques jours pour prendre du recul. Son frère jumeau, qui a été interné en hôpital psychiatrique, prend sa place devant les médias. Son succès est total. Une critique très saine de l’univers politique et encore une performance pour Servillo, qui joue deux personnages totalement opposés.

Salvo

Salvo

Toutes ces réalisations signent néanmoins un cinéma de crise. L’Italie a connu de très nombreux soubresauts économiques et politiques. Le ton des comédies s’en ressent. Elles utilisent souvent de vieux ressorts et jouent sur les oppositions : pauvres-riches, nord-sud, populaire-distingué. Un personnage issu d’un univers est plongé dans un autre monde (Il principe abusivoLe Faux Prince, d’Alessandro Siani, DVD Rai Cinema), ou encore Benvenuto Presidente !Bienvenue Président ! de Riccardo Milani, DVD Rai Cinema). Côté films politiques, on brocarde à tout-va, avec justesse et ironie. Les polars sont le plus souvent excellents, notamment Salvo de Fabio Grassadonia et Antonio Piazza (Prix de la Semaine de la critique à Cannes cette année), qui narre la cavale d’un tueur de la Mafia dans une Sicile gorgée de soleil. Salvo se venge d’un caïd qui a voulu l’abattre et enlève sa sœur aveugle, pour la séquestrer dans une usine abandonnée. Un film très original dans sa forme, avec des scènes tournées en temps réel. Un exercice de style très réussi.

Un cru 2013 très intéressant, qui montre que le cinéma italien reste très actif et toujours militant, malgré les difficultés.

F.M.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s