Tag Archives: CUT

CUT : une courte histoire du cinéma (1895 – 2015)

12 Mar
Dans toutes les bonnes librairies.

Dans toutes les bonnes librairies.

On est de retour, en chair et en papier !

Cette fois-ci, on édite un livre. Bam ! 112 pages, édition limitée et numérotée, 16 couvertures différentes et sérigraphiées, 15 euros. Sortie officielle : le 26 mars 2015, dans toutes les librairies dignes de ce nom et/ou sur le site de notre distributeur R-Diffusion.

Le principe ? Voici l’avant-propos qui dit tout ou presque :

Bien qu’il fût le plus petit de la cour, CUT n’a jamais rechigné à la bagarre. Alors, on y r’tourne ! Pif paf, voilà qu’on y met une nouvelle p’tite mandale. Déjà mort à plusieurs reprises, revenu à la vie autant de fois (c’est ça l’orchestration de sa propre destinée), CUT change toujours de peau. Pas tant pour passer inaperçu que pour se détourner de la ritournelle.

Cette fois-ci, nous passons à l’attaque du cinéma dans sa mesure la plus ample : de 1895 à 2015 (demain n’existe pas). Avec un principe élémentaire : on découpe l’histoire du cinéma en douze décennies, que l’on traite chacune en trois parties, avec à chaque fois un auteur / illustrateur / dessinateur / photographe différent, je retiens quatre et je multiplie par 7… Le compte est bon : 36 cartes blanches qui dressent une fresque cinéphile implacable et joyeusement subjective.

Des pionniers qui étaient des pionnières à Xavier Dolan qui était une femme, en passant par une danse d’amour, une moustache flingueuse, un cochon obsédé du cul, des chutes à la pelle, LA combi-nylon, un esquimau bi-goût, des gags à trois bandes, des studios en feu, une barque abandonnée, un aastronef-chrononef, un film pas vu, un Charlot à deux têtes, un paradoxe Continental, une chaussure mangée, un sourire fugace, des p’tites boules à l’air, mille fois Cary Grant, autant de Peter Sellers, la Gare du Nord qui perd le Sud, un Coca très rouge, une combi-cuir, une fourmi vorace, des zombies en kit, une machine salutaire, le poing levé, un fluide adolescent, un short trop long, un mur tombé, une vulvedog, un Jesús à la langue bien pendue, des schlopes pas catholiques, deux olives et un 7.

Et puis Merde ! ACTION !

Avec la participation de Julie Picard, Ogrrr, François-Xavier Taboni, Jacques Floret, Joël Christophe, Christophe Urbain, Emmanuel Trousse, Luc Moullet, Trap, Pascale Rismondo, Boyan Drenec, Adrien Bisserbe, Sylvain Pasquali, Ariane Pinel, Greg Lauert, Jenny Ulrich, Till Zimmermann, Jochen Gerner, Batchou, Aurore Petit, Didi l’Ricain, Serge Bozon, Emmanuel Somot, Elodie Durand, Micka, Mathieu Amalric, Jimmy Cuquel, Baron Dimanche, Stéphane Libs, Mathias Duperray, Uwe Behrens, Nadia diz Grana, Mateo, Alice Bourcereau, Gwendoline Blosse, Guérine Regnaut, Romain Sublon

Publicités

CUT – Les 16 couvertures !

11 Mar

Et bim, voici les 16 couv’ sérigraphiées de CUT, une courte histoire du cinéma (1895 – 2015) ! Faites votre choix.

16 COUVS cut - copie

A votre guise !

CUT – Les soirées

10 Mar

Comme de tradition, on fêtera ce nouveau CUT d’abord à Strasbourg, puis à Paris ! Ici nos deux affiches :

CUT soirées Strasbourg

Les fêtes strasbourgeoises

CUT soirée Paris

La fête parisienne

 

[ego trip:] CUT n°2 et son nombril

7 Fév

Cliquer pour découvrir la page en pdf

Depuis le 2 octobre 2012, le deuxième numéro de la revue CUT est en vente (lire colonne de droite).

Voici ce que l’on appelle, dans les milieux autorisés, une revue de presse. Et elle est mise à jour.

///

Final CUT (En revenant du cinéma, 02/02/2013)

CUT s’affiche (Magazine Wall, 09/01/2013)

Rock’n roll et cinéma ! (Monochrome, 09/01/2013)

Les critiques de cinéma (France Inter – On aura tout vu, 03/11/2012, speedy chronique de 43’40 à 43’58)

Deuxième tournée de CUT à siroter (Libération, cahier cinéma du 24/10/2012 et sur Ecrans.fr)

CUT et Jacques Floret (Lezilus, 16/10/2012)

Coupez ! (Zut, numéro 15, automne 2012)

CUT, deuxième (Dernières Nouvelles d’Alsace, 06/10/2012)

CUT s’expose au cinéma Star (Alsace20, 27/09/2012)

CUT, le cinéma des fous de ciné (Dernières Nouvelles d’Alsace, 27/09/2012)

Collection Lon Chaney: L’As de coeur

19 Août

Chaney1

Entre 1919 et 1922, l’acteur Lon Chaney tourne pas moins de 24 films et acquiert, en quelques mois, le rang de star du grand écran. Les traits durs, le coeur sensible, il peut jouer les petites frappes comme les chevaliers servants. Passionné de technique et de maquillage, il participe activement à la genèse de l’oeuvre. L’As de coeur, filmé en 1921, est un petit trésor, car des 24 films proposés au public de l’époque, seuls 15 sont arrivés jusqu’à nous. Le film a été produit par la Goldwyn Pictures Corporation (le futur ‘G’ de la Metro Goldwyn Mayer, créée en 1924).

L’intrigue est adaptée d’un roman de Gouverneur Morris et l’idée maîtresse du film sera réutilisée à maintes reprises dans les polars et les thrillers du parlant. Une société secrète, qui s’érige en juge, a décidé d’éliminer de la société les individus qu’elle estime indigne. Elle signifie ses choix en faisant parvenir à ses victimes, une carte à jouer, un as de coeur. Lon Chaney, dans le rôle de l’activiste Farallone, joue, comme à son habitude, sur deux tableaux : le dur à cuire intraitable, et l’homme simple qui a bon fond.

Le nom de Farallone a été choisi avec soin. Au début des années 1920, les Etats-Unis ont connu une vague anti-communiste qui a déteint sur l’esprit des scénaristes. Ceux-ci avaient tout d’abord choisi le nom de Radovitch, qui cible immédiatement l’ogre russe. Au moment de la sortie du film, la tempête idéologique s’étant calmée, les producteurs ont voulu effacer ce parti-pris politique. Farallone s’est révélé beaucoup plus passe-partout.

La partition au piano, qui accompagne tout film muet qui se respecte, a pour fonction de participer au spectacle, de remplir l’espace sonore défaillant, de souligner le rythme de film et de renforcer les passages émouvants. Expérience intéressante : couper le son permet de se concentrer uniquement sur le jeu très expressif des acteurs. On comprend mieux que certaines vedettes du muet aient totalement manqué le passage au parlant. Avec l’avènement du son, la parole prend sur elle l’expression du sens et de l’émotion. La gestuelle se fait plus discrète et plus naturelle, n’exprime plus seulement le premier degré, mais tout ce qui relève des sous-entendus, des pensées cachées : un autre métier d’acteur.

Le dvd édité par Bach films offre, en bonus, un moyen métrage (35 mn), The Light of Faith, avec Lon Chaney en vedette. Il s’agit d’une adaptation d’un roman de William Dutley Pelley. Le long métrage d’origine, dont les droits ont été rachetés par une société spécialisée dans les oeuvres religieuses, a été raccourci et remonté. Lon Chaney y joue un voyou qui, pour guérir une femme de sa mélancolie, vole le Graal qui vient d’être découvert par un archéologue. La coupe qui, dit la légende, aurait recueilli le sang du Christ, est censé apaiser tous les maux. Détail amusant, dans la version originale, les vertus du Graal relèvent d’une habile escroquerie. Dans la version revue et corrigée, ne reste que l’explication mystique du miracle.

Toutes ces oeuvres sont présentées par Roland Lacourbe, critique et écrivain.

Franck Mannoni

CUT la radio -32

29 Juin

Vers la page d\'archives CUT la radio

CUT la radio -32 // 28 juin 2008 (61,35 Mo, 1 h 7 min.)

Avant de prendre une pause estivale (CUT la radio revient le 15 août), l’équipe de cette semaine a fait le plein de cinoche. Et pour une fois, tout le monde a vu plein plein plein de films ! Du coup, on cause, on se dispute, mais au finish, on s’accorde majoritairement à recommander Valse avec Bashir et Bons baisers de Bruges. (Et certains d’entre nous rigolent de bon coeur aux blagues racistes de Seuls two : oui, les vacances ce ne sera pas du luxe !).

Chronique des morts-vivants (George A. Romero), Valse avec Bachir (Ari Folman), Au bout de la nuit (David Ayer), Un jour peut-être (Adam Brooks), Des poupées et des anges (Nora Hamdi), Le monde de Narnia 2 : Le prince Caspian (Andrew Adamson), Capitaine Alatriste (Augustin Diaz Yanes), Bons baisers de Bruges (Martin McDonagh), Seuls two (Éric Judor et Ramzi Bedia).

Avec Jenny, Fanny, Mathias, Boyan, Fouzi.

CUT -29 c’est ouf !

26 Juin

bandeau CUT la revue

Couverture du n° -29 de CUT

Oyez le groove, cuties !

CUT le -29 est démoulé ! Tous à vos petites cuillers et rendez-vous sur le site CUT pour mater plein pot le pdf du bestiau (et je fonce aller voir Valse avec Bashir ou je vais être en retard).

//

CUT -29 // juillet-août 2008 (pdf)

CUT la revue (page d’accueil)

CUT la radio -26

10 Mai

CUT la radio

Cette semaine nous sommes certes un peu mous du genou mais aussi — paradoxalement — super rapides ! Clopin clopant (mordant ?) …

CUT la radio -26 (sur la page d’accueil jusqu’au 17 mai)

CUT la radio -26 (en archives pour une durée indéfinie)

Teeth (Mitchell Lichtenstein), Jackpot (Tom Vaughan), GAL (Miguel Courtois), Agnus dei (Lucia Cedron), Bienvenue à Bataville (François Caillat), Wonderful town (Aditya Assayat), Bataille à Seattle (Stuart Townsend).

La fine équipe de la semaine : Jenny, Fanny, Mathias, FX, Franck.