Archive | Films années 1950 RSS feed for this section

[dvd:] VOYAGE A TOKYO – Yasujiro Ozu

11 Nov
Ed. Carlotta.

Ed. Carlotta. Blu-ray et DVD

Presque vingt ans après avoir réalisé Le Fils Unique, Yasujrio Ozu reprend un thème qui lui est cher : la relation parents-enfants. Dans le Japon des années 1950, il raconte le voyage d’un couple âgé qui part quelques jours à Tokyo. Il y est bien mal reçu : pris par leurs activités professionnelles, cupides, vénaux, le fils et la fille du couple le néglige. Ils n’ont qu’une envie, que les deux vieillards repartent dans leur campagne. Pour couronner le tout, les petits enfants sont odieux. C’est auprès de leur belle-fille, veuve de leur fils mort à la guerre, que les deux visiteurs trouvent enfin un peu de chaleur humaine. Lire la suite

[dvd :] LE SANG DU VAMPIRE – Henry Cass

6 Juin
Artus Films

Artus Films

Titre trompeur pour ce petit classique qui fait partie de la salve d’inauguration de la collection British horror d’Artus films. De vampire au sens strict, il n’est en effet point question ici. Le Dr John Pierre, jeune et fringant médecin à l’ouverture d’esprit un peu trop large pour son temps (l’action se situe en 1874, en Transylvanie), est condamné à la prison à vie pour avoir tenté de pratiquer une transfusion sanguine sur un patient qui n’y a pas survécu. Il se voit enfermer dans l’asile pour fous dangereux dirigé par le mystérieux Dr Calistratus. John Pierre apprend vite que ce dernier s’est arrangé pour le faire interner dans son établissement et qu’il utilise les prisonniers comme cobayes pour des recherches bien particulières… sur la transfusion sanguine.

Lire la suite

[dvd :] LE FIER REBELLE – Michael Curtiz

12 Avr
Ed. Artus Films

Ed. Artus Films

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Radicalement différent de L’attaque de Fort Douglas de Kurt Neumann qui sort également ces jours-ci chez Artus et qui appartient à la série B, Le fier rebelle est un western familial classique, signé par le réalisateur de Casablanca, parfois proche du mélodrame et où l’histoire et les personnages priment largement sur l’action.

Le film conte l’arrivée de John Chandler, un ancien soldat sudiste, accompagné de son fils muet, qu’il cherche à faire soigner, dans une petite ville nordiste. Suite à un accrochage avec la famille Burleigh et les ennuis avec la justice qui s’ensuivent, il se retrouve à travailler dans le ranch de Linnett Moore, vieille fille encore séduisante au caractère bien trempé. Evidemment, les Burleigh, éleveurs riches et sans scrupules, aimeraient s’approprier les terres de Linnett… Lire la suite

[dvd:] L’ATTAQUE DE FORT DOUGLAS – Kurt Neumann

8 Avr
Ed. Artus

Ed. Artus

Comme les commerçants qui se demandent régulièrement comment faire encore du neuf avec leurs vieux fonds de stock d’invendus et les cuisiniers qui cherchent à accommoder les restes de la veille, les producteurs de cinéma en arrivent parfois à des manœuvres étranges, comme d’acheter pour pas cher vingt bonnes minutes d’images d’un John Ford déjà ancien en 1956 : Sur la piste des Mohawks (1939) et de bâtir un tout nouveau film, sobrement titré Mohawk dans la langue de Steve McQueen, autour de ces stock-shots. Comme l’idée n’a pour elle que son opportunisme et la modicité de son coût mais que les producteurs sont malgré tout des malins, ils engagent un artisan doué, Kurt Neumann (La mouche noire), apte à tirer le meilleur parti de la situation. Lire la suite

[rétrospective :] Otto Preminger

14 Mar
Kojak

Kojak

Si tu ne viens pas à la cinémathèque, la cinémathèque viendra à toi, dixit, approximativement, un certain Bossu.

Le cinéma Star (à Strasbourg) accueille donc, dans la foulée de la Cinémathèque Française, une rétrospective Preminger, avec un total de huit films projetés du 6 mars au 2 avril 2013.

Lire la suite

[dvd:] LES AMANTS MAUDITS – Willy Rozier

27 Déc
Bac Films

Ed. Bach Films

En 1952, Willy Rozier en est à la moitié de sa carrière, pas la plus longue du cinéma (1931-1976), mais en tout cas très prolifique. Après L’Epave (1949), il s’immerge dans le film noir, un polar qui fleure bon les gangsters, les fusillades, les mecs virils et les pépés enjôleuses. Robert Berri, qui incarne Morelli, le caïd, est un peut-être un peu vieux pour le rôle. Difficile de croire que ce simple garçon de café de 40 ans se transforme en criminel parce qu’il est fasciné par les romans policiers qu’il lit à longueur de journée. Et pourtant, c’est bien l’option psychologique choisie par Rozier. Malgré tout, Berri, qui éclate à l’écran, se révèle parfaitement casté pour toute la partie voyou.

Son personnage, qui s’est vite fait au mode de vie des truands, rencontre dans une guinguette la belle Jacky (Danièle Roy). Entre eux, le marché est clairement établi, Lui s’affichera au bras d’une charmante maîtresse, Jacky aura tout l’argent qu’elle voudra et une vie de comtesse. Ces deux ego surdimensionnés ont tôt fait de se doubler l’un l’autre. Et c’est le drame… sur fond d’amour passionné.

Lire la suite

[dvd :] PAPA LONGUES JAMBES – Jean Negulesco

11 Nov

Ed. Filmedia

Un milliardaire américain s’amourache de la jeune orpheline française à qui il a généreusement offert des études aux Etats-Unis quelques mois plus tôt. Un scénario aussi peu engageant, emballé par Jean Negulesco, un réalisateur qui n’a pas laissé de grandes traces dans les annales hollywoodiennes, et mettant en vedette Fred Astaire, qui voulait déjà prendre sa retraite 10 ans plus tôt, rien de tout ça ne devrait donner vraiment envie de découvrir Papa longues jambes.

Lire la suite

[dvd :] COFFRET VOYAGES VERS LA LUNE

8 Oct

Ed. Artus films

Après Destination Mars, Les dinosaures attaquent et Les monstres viennent de l’espace, nos amis de chez Artus films sortent un nouveau coffret SF, cette fois consacré aux voyages vers la lune. Chronologiquement, les hostilités sont ouvertes avec Project Moonbase (1953) de Richard Talmadge. Il y est question d’une mission spatiale envoyée sur la lune pour repérer le terrain en vue d’y implanter des colonies. C’est la bande la plus faible du lot, très « anciennes valeurs », c’est à dire gentiment misogyne et doucement pentue à droite. La mission est dirigée par une charmante jeune colonel fort bien coiffée et pomponnée mais incapable de prendre une décision ou de gérer une situation de crise. Heureusement, son all-american-boy de subalterne est là pour sauver les meubles et lui faire retrouver le chemin de sa cuisine, histoire d’y échanger des recettes de bortsch avec le méchant traitre russe de service. Sous ses dehors désargenté, le film n’est heureusement pas exempt d’un certain humour, tel ces panneaux « Défense de marcher sur les murs » placardés dans les couloirs de la station spatiale.

Lire la suite